Image communiqué de presse

16 millions d’euros de travaux d’efficacité énergétique dans les lycées de la région Centre en 2014 !

Ce matin, la commission permanente du Conseil régional du Centre a voté 4,5 M€ de travaux de performance énergétique dans ses lycées. Avec les crédits déjà votés depuis le début de l’année 2014, la Région a donc investi plus de 16 M€ en faveur de la rénovation énergétique des bâtiments des lycées, conformément à l’engagement d’y consacrer au moins 15 M€ chaque année.

Cet effort, nécessaire pour le climat, est aussi vertueux pour l’économie locale : en investissant massivement dans l’efficacité énergétique, la Région génère des emplois locaux et participe activement à l’adaptation de la filière et des métiers du bâtiment à une économie bas carbone. En  cela, elle pose les premières pierres d’une transition écologique et économique des territoires.

Au lendemain des élections régionales de 2010, lorsque les écologistes ont  obtenu la délégation Education-Lycées (100 lycées, patrimoine bâti très hétérogène, près de 2 millions de m2), ils se sont investis pleinement de l’immense chantier que représente la rénovation énergétique de ce patrimoine. Cette action a été menée en cohérence avec le Plan Climat Energie Régional qui vise une réduction de 40 % des émissions de gaz à effet de serre à horizon 2020.

Les priorités ont été de développer une isolation poussée, de favoriser la diversification du choix des énergies (installation de chaudières bois, raccordement à des réseaux de chaleur, installation de panneaux photovoltaïques en toiture) et celle des modes de construction et des matériaux utilisés (bâtiment à énergie positive, bois/paille, ossature bois, toitures végétalisées, …). Le Plan Pluriannuel d’Investissements (PPI) a été revisité pour stopper la politique inflationniste en m2, en stabilisant les surfaces globales des lycées, en remplaçant les bâtiments obsolètes et énergivores.

Des diagnostics énergétiques ont été conduits dans tous les lycées, permettant ainsi de prioriser les travaux et de s’assurer d’un retour sur investissement le plus court possible. Les attentes en matière de qualité de l’air, d’efficacité énergétique, de prise en compte de l’environnement urbain ont donné naissance à un Contrat de Construction Durable qui s’adresse aux concepteurs et aux entreprises.

En matière d’entretien et de maintenance, la Région a mis en place des groupes mobiles EREEL (Equipes Régionales d’Efficacité Energétique des Lycées). Aujourd’hui, cette force d’intervention, qui prend en charge le suivi des installations thermiques dans 19 lycées, est génératrice d’efficacité énergétique et  d’économies pour les lycées et la collectivité.

A l’heure où le Gouvernement tergiverse sur son engagement à rénover thermiquement ses propres bâtiments, en particuliers les universités, les écologistes de la Région Centre sont fiers d’avoir ouvert la voies. Reste à s’y engouffrer !

Chantal Rebout, vice-présidente du Conseil régional déléguée  à l’éducation et aux lycées

Gilles Deguet, vice-président du Conseil régional délégué l’Agenda 21, à l’énergie, au climat et à l’environnement

Jean-Philippe Grand, conseiller régional délégué au patrimoine des lycées

  –

 –

EXEMPLES D’OPERATIONS FINANCEES DANS LE CADRE DU RAPPORT ADOPTE CE MATIN

  –

 –

LYCEE BEAUREGARD A CHATEAU-RENAULT (37)

Abondement par transfert de 200 000 €

Remplacement de la chaufferie

Une opération de remplacement de la chaufferie gaz au lycée Beauregard de Château-Renault a été votée le 9 septembre 2011 pour un montant de 200 000 €. Dans le cadre des études sur la performance énergétique, il est proposé de compléter le remplacement de la chaudière par une régulation du chauffage par façade dans l’externat. Cette proposition permet d’une part de générer des économies, d’autre part d’améliorer le confort des usagers. Le montant de l’opération sur le lycée Beauregard sera ainsi porté à 400 000 €.

LYCEE EMILE ZOLA A CHATEAUDUN (28)

23 000 €

Mise en place de 2 chaudières murales dans les logements de fonction dans les bâtiments A/E

Actuellement, 2 logements de fonction sont chauffés depuis la chaufferie principale du bâtiment A/E. A compter du mois de novembre, cette chaufferie sera transformée en sous station dans le cadre du raccordement au réseau de chaleur de Châteaudun de la cité scolaire Emile ZOLA.

Afin de réaliser des économies d’énergie en évitant de chauffer la totalité des bâtiments A/E pour deux logements de fonction pendant les congés scolaires ou intersaison, il est proposé d’installer une chaudière murale gaz à condensation dans chaque logement ainsi qu’un compteur permettant à chaque logement de suivre ses propres consommations. Cette opération est éligible aux Certificats d’Economies d’Energies.

 –

LYCEE RABELAIS A CHINON (37)

3 250 000 €

Travaux d’amélioration de la performance énergétique et réfection des installations de chauffage

Il est proposé de conduire une opération de performance énergétique au lycée Rabelais de Chinon sur les bases du résultat de l’audit énergétique réalisé en 2012. Le scénario retenu prévoit les prestations suivantes :

  • Changement des chaudières ;
  • Mise en place de ventilation mécanique hygrométrique sur les logements ;
  • Mise en place de GTB/GTC et plan de comptage ;
  • Isolation des planchers bas ;
  • Reprise isolation des planchers hauts ;
  • Double flux dans le bâtiment internat.

En préalable à ces travaux spécifiques, il convient de créer un accès aux vides sanitaires des bâtiments C et E (accès pérenne et sécurisé pour toutes opérations ultérieures sur l’ouvrage comme les travaux de maintenance préventive et curative). L’économie annuelle d’énergie serait de 677 000 Kwh E.F. soit environ -30% (total annuel de 2 230 000 Kwh E.F. moyenne sur 3 ans). L’économie annuelle serait alors de 45 000 € (budget énergie annuel : 162 000 € soit -28%). Emission de CO2 de 441 tonnes à 282 tonnes (-36%).

LYCEE BALZAC A TOURS (37)

40 000 €

Mise en place de 6 chaudières murales dans les logements de fonction

Actuellement, 6 logements de fonction sont chauffés depuis la chaufferie centrale et répartis sur différents bâtiments. Afin de réaliser des économies d’énergie en évitant de chauffer la totalité des bâtiments pour des logements de fonction pendant les congés scolaires ou intersaison, il est proposé d’installer une chaudière murale gaz à condensation dans chaque logement ainsi qu’un compteur individualisé. Cette opération est éligible aux Certificats d’Economies d’Energies.

 

LYCEE VAL DE CHER A SAINT-AIGNAN-SUR-CHER (41)

60 000 €

Amélioration de la performance énergétique de l’internat du lycée

La construction du bâtiment internat du LP Val de Cher date de 1969. Actuellement, les combles sont isolés par de la laine minérale de faible épaisseur et abimée. De plus, les régulations de la chaufferie sont vétustes. Les installations fonctionnent en marche forcée et ne permettent pas de réduire les consommations énergétiques.

Il est proposé une opération qui permettra d’atteindre les objectifs suivants :

  • sur les consommations totales, une économie de 40 000 kWhep/an ;
  • un gain de 12% sur l’ensemble des consommations de l’internat ;
  • un gain de 11 Tonnes de CO2/an.

Grâce à la mise en place d’un nouvel isolant avec une épaisseur permettant d’obtenir

une résistance thermique minimale de 7 m².°K.W-1 et à la mise en place d’une régulation depuis la chaufferie de l’internat. Cette opération est éligible aux Certificats d’Economies d’Energies.

 

LYCEE RONSARD A VENDOME (41)

25 000 €

Remplacement des régulations de la chaufferie et sous-station

L’équipe régionale d’exploitation énergétique des lycées a constaté la vétusté des régulations du lycée Ronsard. C’est pourquoi il est proposé une opération de remplacement de l’ensemble des régulations en chaufferie et sous stations.

 

LYCEES VOLTAIRE / GAUGUIN A ORLEANS (45)

95 000 €

Remplacement des régulations en sous-station

L’équipe régionale d’exploitation énergétique des lycées a constaté la vétusté des régulations du site Voltaire Gauguin. C’est pourquoi il est proposé une opération de remplacement de l’ensemble des régulations en chaufferie et sous stations.

LYCEE MARECHAL LECLERC A SAINT-JEAN-DE-LA-RUELLE (45)

20 000 €

Mise en place d’une chaudière murale dans le logement de fonction de la gestionnaire et travaux de calorifugeage

Le logement de la gestionnaire du lycée Maréchal LECLERC se situe dans le bâtiment I qui regroupe l’infirmerie et une partie de l’administration. Afin de réaliser des économies d’énergie en évitant de chauffer tout le bâtiment pendant les congés scolaires ou les intersaisons, il est proposé d’installer une chaudière murale gaz à condensation dans ce logement ainsi qu’un compteur individuel. De plus, il est proposé de réaliser des travaux de calorifugeage sur les réseaux de chauffage de certains locaux du lycée. Cette opération est éligible aux Certificats d’Economies d’Energies.

LYCEE AGRICOLE LE CHESNOY A AMILLY (45)

100 000 €

Remplacement des volets roulants et stores.

Les stores, les brise-soleil sur le bâtiment externat, les volets roulants de la façade ouest du CFPPA ainsi que les volets roulants des logements et externat ont été fortement endommagés par les années et les intempéries successives. Il est proposé de traiter l’enveloppe des bâtiments et donc de changer l’ensemble des équipements sur des façades complètes du site, pour une somme totale de 100 000 €, permettant ainsi d’améliorer le confort thermique des usagers.

LYCEE GAUDIER BRZESKA A SAINT JEAN DE BRAYE (45)

600 000 €

Travaux de réfection des chaufferies et sous stations

Un audit énergétique et un bilan technique de l’équipe régionale d’exploitation énergétique des lycées ont mis en évidence la nécessité de travaux de réfection et mise en conformité sur les chaufferies et sous-station du lycée Gaudier BZRESKA. Il est proposé de remplacer les chaudières des chaufferies des bâtiments E et J ainsi que leurs équipements (régulation, vannes, pompes…..) par des équipements plus performants.

Cette opération permettra d’obtenir un meilleur rendement de la chaufferie, une diminution des consommations de gaz du lycée, et donc une réduction de l’impact environnemental par la diminution des rejets de CO2. Elle est éligible aux Certificats d’Economies d’Energie et permettra une réduction des rejets de CO2 de l’ordre de 100 Tonnes par an et une diminution des consommations d’environ 300 000 kWhep gaz.