« A vos ID ! » : modification et élargissement du dispositif des « ID en campagne »

Introduction de Charles Fournier

Monsieur le président, chers collègues, je suis très heureux de venir vous présenter l’évolution du cadre des « ID en campagne » et finalement l’adoption d’un nouveau cadre qui s’appellera « A vos ID ! ».

Très heureux parce que ce qui a conduit à cette évolution, c’est d’abord la volonté d’étendre aux territoires urbains ce dispositif qui jusqu’à maintenant était limité aux territoires des pays.

Très heureux aussi parce que l’aboutissement de ce rapport est le fruit d’un vrai temps de démocratie participative, puisque c’est plusieurs mois de concertation, d’échanges avec les présidents de pays, avec les agents de développement, mais aussi avec les acteurs qui portent des initiatives dans les territoires. C’est donc la résultante d’un temps d’échanges approfondis. On n’était pas d’accord sur tout, ça a permis de se le dire, mais on a tracé ensemble des perspectives. Je crois que la démocratie a parlé.

Etendre le principe des « ID en campagne » aux territoires urbains, c’était aussi pour nous l’occasion de le passer en revue, d’en tirer quelques éléments de bilan. Il y avait une forme d’unanimité, dans cette période de concertation, pour dire que ce dispositif reposait sur des valeurs reconnues et qu’il a donné lieu à de belles et multiples expériences dans nos territoires ruraux.

Je voudrais en donner quelques exemples. A travers « ID en campagne », la Région a soutenu l’émergence d’espaces-tests agricoles, expérimenté des solutions de mobilité en milieu rural, développé de la gestion prévisionnelle d’emplois et de compétences, aidé à la création d’épiceries sociales ou solidaires, permis la reprise de commerces dans des formes originales en impliquant les habitants, etc. Je pourrais continuer à l’envi sur les 144 initiatives soutenues lors de la précédente mandature, représentant en tout 450 projets réalisés.

Je crois que ces initiatives et ces projets nous disent aussi quelque chose de nos politiques publiques, nous disent aussi quelque chose du développement rural. C’est de ces expériences singulières dans chacun de nos territoires qu’on doit tirer des enseignements plus larges.

Dans la concertation a aussi été évoquée une complexité du dispositif et un besoin de le simplifier. Je dois rappeler au passage que le cadre des « ID en campagne » a déjà évolué plusieurs fois, c’est sans doute le cadre qui a été le plus évolutif au cours du mandat précédent.

La concertation a enfin permis de faire ressortir quatre sujets : la simplification, la problématique de l’ingénierie dans les territoires, l’articulation avec LEADER, les enveloppes. Ce sont ces éléments qui ont permis de repenser en partie le dispositif tel qu’il vous est proposé.

 

L’extension du dispositif aux territoires urbains était à la fois une volonté politique et un engagement de campagne. Les territoires urbains et péri-urbains ont aussi des besoins d’ingénierie, une vie associative. Il y avait toutefois un dilemme sur le montage, car il existe des communes rurales dans les agglomérations et à l’inverse il existe des quartiers « politiques de la ville » dans les contrats de pays. Cela nous a conduit à avoir un seul et même dispositif et non pas d’un côté « ID en ville » et de l’autre « ID en campagne ».

Le nom désormais, c’est « A vos ID ! », que vous soyez en campagne ou en ville. Il s’agit de garder la notion des « initiatives de développement », les « ID », dans une dynamique ascendante.

 

Nous mettons par ailleurs en place une mission pour animer les réseaux d’acteurs et la réflexion sur le développement local. Il s’agit de pouvoir « raconter les histoires », de les mettre en réseau, de capitaliser les pratiques inspirantes. Le Réseau rural régional avait permis de démarrer ce travail (journée régionale sur le foncier, rencontres thématiques dans les territoires sur le bois énergie, les services publics, la biodiversité, …), mais s’est arrêté en décembre 2014.Cette mission permettra de le relancer mais aussi d’étendre le travail de réflexion et de capitalisation des pratiques inspirantes.

 

Pour conclure, après vous avoir tous invité à participer à la journée du 2 décembre à Nouan-le-Fuzelier : « l’avenir s’invente dans les campagnes », je souhaite rendre hommage à Michelle Rivet, femme écologiste, militante et maire rurale engagée, qui a conçu l’origine du dispositif et dont j’ai le plaisir de reprendre la délégation au développement rural pour continuer à faire mûrir les réflexions du développement rural, de l’articulation villes-campagne et plus généralement au développement local.