Amortisseurs sociaux de la crise : la Région soutient les acteurs en difficulté

Ce vendredi, à l’occasion de la réunion de sa commission permanente, la Région Centre-Val de Loire a pris plusieurs engagements en soutien aux acteurs économiques, aux étudiants et aux acteurs de la solidarité. Le groupe écologiste tenait à la mise en place de ces différentes aides afin d’éviter les faillites, d’une part, et afin de faire face à l’augmentation inquiétante de la précarité et de la pauvreté, d’autre part.

Le reconfinement que nous vivons a généré des incompréhensions (quant à la pertinence de certaines mesures), des injustices (pour les commerces indépendants par rapport aux géants du numérique et de la grande distribution), mais aussi une augmentation de la grande précarité (en particulier pour les étudiants, pour les femmes seules avec enfants, pour les familles nombreuses à faible revenus). 

Il est essentiel de soutenir, dans le temps les commerçants indépendants face à la concurrence déloyale des grandes plateformes, comme Amazon. Outre le soutien apporté aux TPE-PME via le fonds « Renaissance » (disposant d’un mécanisme de bonification pour les entreprises qui choisiraient la relance par la transition écologique), la Région entend soutenir les commerçants, en leur donnant les moyens de numériser leurs ventes et d’être présents sur des marchés numériques. Même si on peut se réjouir de la probable réouverture prochaine des commerces considérés comme « non essentiels », les écologistes soutiennent ces aides en direction des commerçants et réaffirment la nécessité d’organiser dans le temps des plateformes territorialisées pour les commerçants indépendants et de favoriser les coopératives de livraison en proximité.

Il est impossible de laisser une partie de population plongée dans la grande précarité. Deux chiffres communiqués très récemment illustrent l’ampleur de la crise sociale en cours :

  • une étude montre qu’un tiers des étudiants interrogés ont indiqué avoir rencontré des difficultés financières et au sein de ce tiers ils sont 56% à positionner l’alimentation comme la principale difficulté ;
  • la fondation Abbé Pierre a ​annoncé que le nombre de SDF avait doublé entre 2012 et 2020 pour atteindre les 300 000 et souligné qu’à l’approche de l’hiver et face à la pandémie de Covid-19, leur situation est dramatique.

Dans ce contexte, la Région a fait le choix de verser une aide alimentaire de 100 euros pour 3 000 étudiants en situation de précarité, sous la forme de cartes d’achats destinées aux produits de première nécessité, qui seront distribuées par les universités de Tours et d’Orléans et par l’INSA.

Par ailleurs, la Région met en œuvre un cadre d’intervention temporaire pour soutenir des initiatives solidaires, portées par des structures de l’Economie Sociale et Solidaire en direction des publics précarisés par les conséquences immédiates du nouveau confinement et de la crise, visant à apporter à ces publics un soutien et une aide pour répondre à leurs besoins les plus immédiats. Ce soutien régional sera au maximum de 80 %, plafonné à 7 500 euros par initiative et par structure.

Le groupe écologiste, par son engagement dans la construction de ces filets de protection, réaffirme sa détermination à lutter contre les injustices économiques et sociales et contre le fléau de la pauvreté et de l’isolement. Dans cette crise, la solidarité est notre priorité. 

Charles Fournier, porte-parole du groupe écologiste