Portrait Pascale Rossler

Appel à manifestation d’intérêt : Ambition Recherche Développement 2020

Intervention de Pascale Rossler

Nous ne pouvons que nous féliciter de la volonté de la Région de soutenir la recherche, et l’appel à projet recherche est un effort sans précédent en ce sens. 

Je m’attarderai plus particulièrement sur le  projet sur l’intelligence des patrimoines qui a trait directement avec mes délégations. Concernant ce projet, nous ne pouvons que nous réjouir de la thématique du projet qui nous apparaît tout à fait pertinente et porteuse d’avenir. 

En revanche, comme pour les autres projets, l’avis des experts et des 2 membres du CORIT démontrent bien qu’en l’état il ne fait pas l’unanimité et qu’il reste à faire mûrir : 
–    En effet « Les experts ont apporté des notes mitigées, voire négatives pour l’un d’entre eux qui semble ne pas avoir compris l’originalité du projet et s’est heurté à la pluridisciplinarité du programme et encore plus aux perspectives d’interdisciplinarité. L’atout du projet qui se veut largement transversal necessite donc davantage de precision notamment sur le sequencage.
–    Les experts ont également émis des réserves sur la gouvernance et sur le budget de fonctionnement, lesquels restent à affiner au vu des priorités du calendrier. 
–    Néanmoins, tous ont reconnu l’excellence académique des équipes impliquées, l’absence de programme équivalent en Europe, voire au niveau mondial. Ils ont apprécié  le programme de formation proposé : bien pensé en relation avec les objectifs scientifiques et ils ont estimé que ce projet pouvait contribuer au développement socio-économique de la région. 
–    De leur côté, les 2 membres du CoRIT chargés de ce dossier lui ont attribué la note A eu égard à son originalité, à son excellent cadrage en fonction du contexte régional, à la variété et la richesse du programme avec des retombées économiques quasi assurées pour le secteur touristique et les entreprises du TIC. De plus, ce programme a bien pris en compte la diffusion des connaissances auprès d’un vaste public, allant jusqu’à l’impliquer dans une démarche de science participative. »

Jai ainsi pu vivement apprécier le lien qui est proposé entre patrimoines culturels et patrimoines naturels, puisque c’est dans la droite ligne du positionnement «nature et culture» de la Stratégie de Tourisme Durable que nous avons adoptée en 2011. 

Si le projet m’a initialement interrogée quant au manque de lien identifié avec certains acteurs de terrain, il semble que le dialogue a permis de commencer à ancrer davantage ces liens dans les territoires, notamment avec la Mission Val de Loire, les acteurs touristiques, et qu’il ne faudra pas omettre qu’il s’étende aux acteurs de l’environnement : les naturalistes, les gestionnaires de sites, les PNR, les entreprises de l’environnement, etc.

Par ailleurs,  je me réjouis du lien qu’il est proposé de faire avec le cluster «tourisme et patrimoine» que nous envisageons de mettre en place, et dont l’idée est bien de partir du patrimoine pour irriguer par capillarité les territoires. Il ne pourra qu’être force de proposition pour des pistes de recherche-actions. 

Pour finir, il me semble intéressant de commencer la démarche par un périmètre plus restreint et de l’étendre progressivement, et je serai impliquée dans la reflexion quant à celui qui sera retenu.

Au vu de tous ces éléments j’adhère à la proposition de poursuite de dialogue, qui correspond a celle de notre groupe écologiste, et je me réjouis de pouvoir suivre ces travaux par la suite.