Portrait Charles Fournier

Budget 2015 : transport

Intervention de Charles Fournier

 

Mes remarques concerneront le budget des transports et je voudrais faire 5 remarques.

 

Je voudrais d’abord redire nos craintes, déjà exprimées en commission permanente, que la nouvelle convention TER, signée il y a quelques mois avec la SNCF, n’engendre pas une réelle reprise en main par la Région. Certes les 2 conventions ne sont pas à périmètre constant et il est donc difficile de comparer, mais quand on additionne les crédits de paiement correspondant au service TER, au transport routier de voyageurs et aux compensations de tarification (hors Mobillico) on est à 155,3 M€ au BP 2015 contre 148,4 M€ au BP 2014… soit une augmentation de plus de 7 M€.

 

Je voudrais ensuite rappeler nos interrogations sur la mesure Mobillico dont il nous faut encore augmenter cette année les crédits de paiement : 4 M€ au BP 2015 contre 3,3 M€ au BP 2014, soit une hausse de 700 000 €). Nous étions en particulier hostiles à ce que la mesure s’adresse aussi aux usagers du TGV. N’est-il pas temps, aujourd’hui, de revoir le cadre de la mesure ?

 

Je voudrais également poser la question de l’envolée du coût du matériel roulant dans le budget régional : de 11 M€ en 2013 (d’après le compte administratif) à 29 M€ en 2015 (au budget primitif). Il nous semble nécessaire de d’avoir une vision prospective sur les dépenses à réaliser en la matière dans les prochaines années, en fonction de l’état du parc et des objectifs que l’on peut avoir en terme de report modal.

 

Je voudrais aussi évoquer les infrastructures, en rappelant que même si ça ne figure pas dans le budget primitif 2015, un Contrat de Projets Etat-Région va être négocié dans les prochaines semaines avec l’Etat. Les écologistes, vous le savez, ne souhaitent pas que la Région soutienne financièrement des infrastructures routières ni des études coûteuses destinées à entretenir le mythe d’une LGV POCL, mais en revanche nous espérons y retrouver des financements pour des projets de réouverture qui nous tiennent à cœur comme Orléans-Châteauneuf, Orléans-Voves (pour finir Orléans-Chartres), ainsi que la modernisation de Tours-Loches-Châteauroux.

 

Enfin, vous savez que les écologistes des différentes régions du « Cœur de France » ne se contentent pas de s’opposer aux projets de ligne à grande vitesse POCL et Poitiers-Limoges : nous avons mis en lumière la faisabilité d’une alternative réaliste à ces projets qui ne le sont pas. Nous présenterons donc un amendement consistant à prévoir en 2015 200 000 euros en investissement afin que la Région Centre puisse, en relation avec l’Etat et les autres Conseils régionaux, participer au financement d’une étude interrégionale permettant de creuser cette alternative THNS.