Budget 2016 : amendement sur l’aéroport de Tours

Intervention de Benoît Faucheux

 

Monsieur le Président, chers collègues, le budget de la collectivité est au service de la transition écologique avec plus d’un quart de ses interventions qui y sont consacré. Néanmoins, certaines dépenses sont clairement en contradiction avec l’objectif partagé de transition écologique.

Ainsi en est-il du financement de l’aéroport de Tours.

Le financement de la Région (980 000 euros) s’ajoute aux financements du Conseil Départemental et de la CCI, ce qui fait que le syndicat mixte qui gère cet aéroport  touche aux alentours de 3 millions d’euros de financement public en 2016.

Au final cette somme permet de subventionner les activités de la compagnie Ryan’Air, dont le siège est basé en Irlande, compagnie bien connue pour faire de gros bénéfices, tout en pratiquant allègrement l’évasion fiscale et l’exploitation éhontée de son personnel. Et comme si tout cela ne suffisait pas, la gestion de l’aéroport a été déléguée, par une Délégation de Service Public, à une multinationale dont le siège est au Canada, SNC Lavalin. Si vous tapez SNC Lavalin et Banque Mondiale dans un moteur de recherche, vous constaterez que cette société est frappée de la plus longue interdiction jamais prononcée par une Institution Financière Internationale de concourir à des marchés publics, pour des faits de corruption extrêmement graves.

Voilà pour le décorum

Officiellement, ce financement est sensé stimuler l’économie touristique du Val de Loire, en fournissant un point d’entrée aux touristes étranger. Or, lorsque l’on regarde de près les éléments de fréquentation fournis par l’aéroport et l’étude sommaire des retombées économiques qu’ils ont réalisée, on se rend compte qu’il s’agit surtout de subventionner les séjours à l’étranger des habitants de notre région, ou de faire venir des touristes qui avaient choisi le Val de Loire et ont pris l’avion plutôt que le train car le billet d’avion est subventionné ! Tout cela est bien loin de stimuler l’économie régionale.

Il s’agit finalement de financer des entreprises à l’éthique plus que douteuses, de subventionner les émissions de gaz à effet de serre, le tout avec un effet levier très faible sur le développement économique.

Le financement de la transition énergétique a quant à lui un effet avéré sur l’économie de nos territoires. Il permet de diminuer les émissions de gaz à effet de serre, contrairement aux aéroports qui eux en génèrent…

Le groupe Ecologiste vous propose donc de diriger la moitié de cette somme (480 000 euros) vers le Service Public Régional de L’Energie.