Budget 2017 : tourisme et alimentation

Intervention de Christelle de Crémiers

 

Le budget du tourisme 2017 participe de l’effort de la Région à la baisse des dépenses de deux manières.

D’une part en ne confirmant pas les investissements dans la rénovation de deux châteaux départementaux, La Ferté-Vidame en Eure-et-Loir et le château de Condé en Indre-et-Loire, dans le cadre des conventions Région-Départements. Car les travaux fléchés dans la convention soit n’ont pas commencé, soit ont été abandonnés. En revanche, le CAP Innovation touristique est augmenté de 200 à 350 000 euros. Il sera dédié à soutenir le renouvellement de l’offre d’un territoire. Le CAP hébergement est reconduit avec cette fois-ci l’ouverture de 9 millions d’euros d’ici 2020 d’abondements européen à égalité de la subvention régionale pour les territoires éligibles.

L’effort budgétaire régional est aussi réalisé en cherchant de nouvelles sources d’économies par l’optimisation de l’utilisation de l’argent public grâce à la coordination des actions touristiques avec les autres partenaires institutionnels. Cela implique de mettre en œuvre au sein du CRT une organisation permettant l’animation et le reporting des activités touristiques dans les territoires. Le soutien à l’UNAT, référence du tourisme social et solidaire, est maintenu.

Je suis heureuse de vous présenter le premier budget de l’alimentation. Il comprend les financements dédiés à la promotion des produits agricoles auprès du public, comme les salons de la gastronomie, ainsi que, réciproquement, il traite de la promotion des initiatives citoyennes en matière d’alimentation, par exemple les associations pour le maintien des agricultures paysannes (AMAP). Il porte la démarche « C du Centre » au sein de l’agence Dev Up, la filière alimentation des artisans et la filière agroalimentaire des PME et PMI régionales (ARIAC). Ce budget prévoit en particulier la mobilisation des restaurateurs pour améliorer auprès des touristes l’image de la région en matière de gastronomie.