Budget 2018, première décision modificative (DM1)

Intervention de Michelle Rivet

 

Monsieur le Président, chers collègues, le groupe écologiste va bien entendu approuver cette première décision modificative du budget 2018 qui vise essentiellement à intégrer le résultat définitif de l’année 2017 dans les comptes de la collectivité. Ce résultat traduit les efforts menés par notre collectivité malgré la baisse continue de la dotation de l’État.

Cependant en matière de recettes le produit de la CVAE est très inférieur à la prévision ce qui pose problème s’agissant d’une des seules ressources dynamiques de notre collectivité. Même si cette baisse est atténuée par le versement du solde de fonds exceptionnel négocié avec l’État lors de la prise de la compétence économique et par des recettes supplémentaires venant de la formation. La question du produit attendu de la CVAE se pose pour les années à venir.

En matière de dépenses deux secteurs sont principalement impactés.

La masse salariale régionale avec la création de 175 postes dans les lycées. Nous verrons le rapport qui lui est consacré plus tard mais je salue dès à présent cet effort majeur et justifié de la Région en direction des lycées et des lycéens. Je voudrais d’ailleurs en profiter pour dénoncer à nouveau la chasse aux dépenses de fonctionnement et les exigences de l’Etat en la matière. exigences qui trouvent leur origine dans un simple classement comptable et qui conduisent à compresser au maximum les dépenses de personnel. Nous ne pourrons pas avoir des hôpitaux et des services publics qui maillent efficacement le territoire et les zones rurales en particulier avec une telle vision de l’emploi public. La vision politique devrait prévaloir sur une vision comptable d’autant que les financements de ce qu’on appelle l’ingénierie  (conseil, études, animation, sensibilisation) sont classés en fonctionnement alors qu’ils sont sans conteste de l’investissement pour l’avenir.

Un certain nombre de réajustements techniques sont présentés et nous retenons surtout ceux  qui touchent aux transports et font suite à la renégociation de la convention avec la SNCF . L’économie réalisée (11M€) est à mettre au crédit de notre collectivité; Il n’en reste pas moins que nous sommes très inquiets sur les velléités de désengagement de l’Etat sur ce qu’on appelle improprement les petites lignes : les usagers ne s’y trompent pas qui se mobilisent sur leur sauvegarde. L’engagement répété de notre collectivité doit trouver un écho auprès  de l’Etat .

Sabrina Hamadi évoquera la partie aéroport et notre opposition à leur soutien. Et Alix Téry-Verbe donnera plus de détails sur l’étude sur les perturbateurs endocriniens qui fait suite au vœu voté par la Région et qui est budgétée dans cette DM. Je veux cependant dire en conclusion ma satisfaction et celle du groupe écologiste sur la mise en place de cette étude qui est une première régionale. Elle démontre la fidélité aux engagements de notre collectivité et sa sensibilisation particulière aux questions de santé et de prévention dans un contexte de désertification médicale sur le territoire.