Portrait Gilles Deguet

Budget primitif 2014 : environnement, énergie

Intervention de Gilles Deguet

 

Monsieur le Président, monsieur le Vice-Président, chers collègues, je vais m’efforcer de ne pas répéter ici une intervention que j’ai faite l’an dernier, et je vais donc commencer aujourd’hui là où j’avais terminé en décembre dernier: c’est dans les périodes les plus difficiles qu’il est nécessaire que les politiques publiques ouvrent les voies de l’avenir. L’année 2014 ne peut donc pas être une année d’attente !

 

C’est dans cette optique que nous continuons dès la fin ce cette année notre politique de l’eau et continuons à généraliser les contrats de rivière, et que nous anticipons avec les agences de l’eau la future contractualisation du CPER.

 

C’est dans la même optique que nous discutons avec l’ADEME une convention annuelle qui financera des voies nouvelles ouvertes par le débat sur la transition énergétique que nous vous soumettrons en Commission Permanente en février. La délégation régionale de l’ADEME vient d’avoir confirmation de sa capacité à honorer cette convention dans le cadre du budget de l’ADEME, et le budget que nous vous présentons assure de son côté la part régionale.

 

C’est dans la même optique de ne pas attendre que nous avons pris des initiatives pour que les contractualisations dans le cadre des programmes opérationnels européens ou des contrats de plan avec l’état prennent un minimum de retard, qu’il s’agisse de programmes régionaux, ou interrégionaux comme le Plan Loire Grandeur Nature.

 

Monsieur le Président, monsieur le Vice-Président, chers collègues, 2014 doit être l’année de la transition énergétique !

 

Elle doit l’être parce qu’elle correspond à une volonté qui est affirmée partout, dans le débat national sur la transition énergétique que nous avons mené au premier semestre de cette année, dans les orientations européennes, dans les déclarations du Président de la République à la Conférence environnementale.

 

Elle doit l’être parce que les Régions, et la nôtre y a pris toute sa place, la préparent depuis des années, en particulier dans le domaine du bâti qui est d’un commun accord le domaine prioritaire pour obtenir des résultats. Nous avons, comme la plupart des autres Régions, mis en place les initiatives d’information du public, les appels à projets qui ont permis d’obtenir des références de travaux possibles, amorcé la structuration des filières de rénovation et préparé les plateformes de formation, expérimenté les formes de financement adaptées, que nous mettons en place les guichets uniques, que nous préparons les plateformes territoriales susceptibles de conduire des opérations locales massives, tout cela dans le cadre du Plan « Bâtiments durables » régional signé au début de ce mois par le président du Conseil régional, le préfet de Région et le président du Plan « Bâtiments durables » national.

 

Il faut maintenant mobiliser tous les moyens pour changer d’échelle et engager la transition à la hauteur des enjeux !

 

Les moyens des collectivités partenaires, les moyens de la Région et ce budget s’y emploie.

 

Bien sûr aussi les moyens fournis par l’Europe qui fait des économies d’énergie et du développement des énergies renouvelables un axe particulier puisqu’il est le seul pour lequel un seuil d’au moins 20 % a été fixé dans les fonds FEDER.

 

Et bien entendu aussi les moyens de l’Etat. Qu’il me soit permis de dire ici pour terminer l’attente forte que j’ai, qu’ont tous les écologistes et que nous sommes nombreux à avoir pour la loi de transition énergétique initialement prévue pour cette fin d’année 2013 et qui ne saurait être de nouveau retardée. Cette loi doit fixer des objectifs ambitieux, mettre en place les actions d’animation nécessaires et par dessus tout installer les financements à la hauteur des enjeux.