CA et PADD 2018

Le vote du Compte Administratif et l’examen du Rapport d’Activité permettent de sortir de la vision quotidienne que nous avons des politiques régionales et de juger de leur cohérence année après année.

Je m’attacherai particulièrement au déploiement territorial de ces politiques.

Notre Région se caractérise depuis longtemps par des politiques contractuelles fortes, avec un budget de l’aménagement du territoire de 85 millions d’euros consommé à 105%.   Les financements contractuels qui irriguent nos territoires sont divers et ont évolué ces dernières années : CRST , conventions avec les départements, mais aussi contrats territoriaux pour l’eau,  Parcs Naturels Régionaux ou encore PACT pour le déploiement de la culture au plus près des habitants. Ces liens contractuels font l’objet d’un dialogue avec les élus locaux à la lumière des priorités régionales et de constats partagés.

En 2018 nous voyons émerger ou se renforcer des politiques de proximité parfois hors du champ de compétence de la région comme sur la santé ou nouvellement acquises comme le transport scolaire.

Ces derniers exemples sont caractéristiques de l’évolution continue de nos politiques territoriales vers les citoyens. Une évolution au cœur de la politique de démocratie permanente et déjà à l’œuvre avec le soutien aux initiatives locales via à vos ID qui a amené un rapport plus direct aux citoyens et à leurs besoins. J’ajoute en 2018 aussi l’étude sur les perturbateurs endocriniens, qui répond aux préoccupations croissantes sur la santé et l’environnement.

Ce lien direct avec les citoyens dans les politiques régionales renforce le fonctionnement démocratique mais est aussi une formidable source d’innovation. Sur les territoires et pour les élus qui s’en saisissent il est un facteur de dynamisme et de développement.

L’élaboration du SRADDET a mis en exergue la vision régionale d’un aménagement exigeant mais accepté et soucieux du bien de tous. La Région doit continuer à faire bouger les territoires comme elle l’a permis grâce à ses exigences en matière énergétique, environnementale ou sociale.

Elle se situe indubitablement à l’inverse de la logique descendante et sans égards pour les territoires à l’œuvre dans les délocalisations et les fermetures comme l’a vécu la maternité du Blanc.   Mais au-delà de l’écoute elle doit être attentive à l’accompagnement dans les transitions à venir en ciblant les réponses adaptées aux défis qui les attendent.  

Michelle Rivet