Solidarité avec les occupants délogés de la maternité du Blanc

L’évacuation des opposants à la fermeture de la maternité du Blanc, qui a eu lieu ce matin, un peu avant 5h, est révoltante !

A la violence de l’évacuation s’ajoutent la violence des mots et l’indifférence de la ministre Agnès Buzin lorsque la maire du Blanc, Annick Gombert, lui a demandé si elle maintiendrait la maternité au cas où un gynécologue obstétricien se proposerait. La réponse aurait été « ça, surement pas »… Il est évident que la volonté de fermer coûte que coûte pour faire des économies prévaut sur le maintien du service public.

Que dire de la violence faites aux femmes qui devront faire une heure de trajet, voire plus, pour accoucher.

La fermeture de maternités de proximité, malgré une large opposition de la population, est l’un des symptômes de l’abandon par l’Etat de territoires déjà désœuvrés, au risque de faire monter le vote populiste.

Devant cette injustice, une petite centaine de personnes (dont une dizaine d’enfants) avaient choisi de résister pacifiquement en occupant la maternité depuis 10 jours.

Le groupe écologiste au Conseil régional Centre-Val de Loire :

  • soutient cet acte de résistance citoyen ;
  • réaffirme une totale solidarité avec les citoyens et les élus mobilisés sur le terrain, notamment Annick Gombert, notre collègue conseillère régionale et maire du Blanc ;
  • dénonce l’inconséquence des choix de l’Etat devant l’abandon progressif des services publics en proximité, encourageant ainsi toujours plus de déplacements longs, couteux et polluants au détriment de la qualité de vie, de l’environnement, de l’accès aux services et à l’emploi ;
  • demande de nouvelles discussions, l’écoute réelle de la colère des habitants et le respect de la mobilisation citoyenne et pacifique pour le maintien de la maternité du Blanc.

 

Les élus du groupe écologiste au Conseil régional