COP régionale : la mobilisation citoyenne

Intervention d’Alix Téry-Verbe

La mobilisation citoyenne, c’est le rassemblement des citoyens, avec leurs compétences, leurs intérêts et leurs valeurs, autour de projets ou de causes communes, qui contribuent à l’amélioration de la qualité de vie et au développement harmonieux de toute la communauté.

Encore aujourd’hui, au lendemain de la COP 25, nous ne pouvons que constater que la transition écologique et sociale n’est pas la priorité des politiques proposées par la majorité des etats, des collectivités ou des entreprises. De plus, les modes de vie de plus en plus individualistes et l’information par certains médias souvent focalisés sur des faits divers ou le « buzz » engendre une résignation voire un fatalisme des populations.

Un des symboles, parfois repris et qui a pu être séduisant au premier abord, a été l’histoire des colibris. Celle-ci finalement ne prône malheureusement pas une logique du faire ensemble mais bien encore de l’individualisme, chacun un peu dans son coin… mais le chacun dans son coin ne suffira pas à sortir de ce tourillon qui nous entraîne au fond…

Ces facteurs ralentissent considérablement l’élan essentiel pour atteindre des objectifs de transition et de changement de modèle.

La mobilisation citoyenne, collective et collaborative, doit servir d’électrochoc pour développer une dynamique globale et favorable. Elle doit permettre de reconnecter les alternatives positives, de motiver la population qui est une partie-prenante de cette transition avec les institutions.

La mobilisation citoyenne ne peut être l’unique solution, mais elles peuvent par leur multiplication faire plier les organismes réfractaires au changement.

La mobilisation citoyenne a permis en effet des victoires contre de grands projets inutiles, qui sont essentielles pour montrer que les choses dépendent de nous. La culpabilité ne doit pas être portée par les citoyens, mais bien par les grands groupes industriels et financiers qui tentent d’empêcher le changement. La mobilisation citoyenne doit porter la résistance climatique !

Mais elle est également une des clés pour soutenir les structures faisant du plaidoyer, encourager les porteurs d’initiatives, voter ou s’engager pour les projets solidaires, des projets de quartiers favorisant la solidarité locale, la réduction des déchets, l’économie sociale et solidaire, l’amélioration du cadre de vie… Consommer de manière responsable, sensibiliser et partager les valeurs qui mèneront à un changement de modèle…

Pour favoriser et soutenir ces mobilisations citoyennes, le Conseil régional a mis en place des dispositifs pour faciliter le développement des initiatives.

  • 110 « COPérateurs » à ce jour, qui sont des ambassadeurs dans les territoires, pour faire connaître les outils, aider à se mobiliser et à s’engager.
  • Des évènements labellisés, 108 déjà. Et pour répondre aux citoyens qui voulaient lancer des actions sans forcément avoir un cadre associatif (des groupes de voisins par exemple), la possibilité de s’inscrire dans les ateliers citoyens.
  • Et pour répondre à ceux qui souhaitent rester connectés et se reconnecter à leur territoire, l’application WAG.

Point de culpabilité des individus donc, mais une transmission de l’enthousiasme dans le changement.

Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin !