Portrait Pascale Rossler

CPIER Loire : biodiversité, tourisme

Intervention de Pascale Rossler

 

Chers Messieurs les Présidents, chers collègues, en complément des propos de Charles Fournier, je soulignerai les avancées thématiques qu’il convient de saluer à la hauteur des importants enjeux qu’elles représentent.

Si initialement l’objectif du Plan Loire Grandeur Nature consistait à faire converger les enjeux de gestion fluviale à ceux environnementaux, et si le PLGN 4 et ce CPIER s’inscrivent dans la continuité des précédents, et nous pouvons nous en réjouir, en ce qui concerne leurs points forts et réussites, l’importance de la connaissance, etc., nous tenons à souligner que ce CPIER va encore plus loin dans sa vision.

Avec un volet fort sur les continuités écologiques, y compris sédimentaires, cet enjeu de taille devenu réglementaire, que chaque projet d’aménagement intègre dorénavant, les zones humides, ces nurseries du vivant souvent mal perçues, dont 30% ont disparu en 30 ans

Et il va aussi plus loin avec désormais une reconnaissance et une vision, largement intégrative de nombre des atouts patrimoniaux qui font de notre fleuve la fierté de ses habitants, et que ceux-ci sont aussi fiers de préserver, de créer, d’incarner, de porter.

Ces atouts sont ceux inscrits dans l’axe 3 :

  • c’est la sauvegarde et l’appropriation de la richesse de nos paysages, les patrimoines ligériens tels que la batellerie traditionnelle de Loire, cet emblème pour lequel nous avons adopté il y a peu un nouveau cadre de soutien, (à l’instar de ce que font les  Pays de la Loire), notamment pour la promotion de l’offre de batellerie traditionnelle,
  • c’est le bâti ligérien, le charme des caves et hébergements troglodytiques,
  • c’est l’abondance d’offres gastronomiques et œnologiques qui constituent l’art de vivre de notre bassin,
  • c’est le mariage entre le patrimoine naturel fragile et exceptionnellement riche, et la culture, créative, dans tous les sens du terme, le patrimoine historique bien sûr mais également les nombreuses offres et programmations culturelles inventives qui font le renouveau notamment de nos châteaux.

Car toutes ces richesses constituent l’identité profonde du joyau qu’est la Loire, et convergent dans ce contrat avec les itinérantes douces et notamment la Loire à vélo, ce vecteur de découvertes au rythme lent du slow tourisme, ce tourisme pédagogique, et de grande qualité dont les retombées économiques font des envieux et ne laissent pas en reste ses incidences humaines sociales et environnementales.

À l’instar de la capillarité entre nos stratégies pour la biodiversité, le tourisme, la culture, nous nous félicitons que ce CPIER au sein de ce PLGN atteigne ici une maturité en prenant en compte à leur juste valeur tous les éléments identitaires éminemment symboliques qui constituent la magie de la Loire, et contribuent à sa pérennité.

Et ceci en maintenant en priorité transversale la culture du fleuve, à la confluence de tous les acteurs, et de leur mise en réseau, et via également l’appropriation et la fierté des habitants, c’est ce que poursuit la Missison Val de Loire, et ce que nous impulsons aussi avec la marque touristique Val de Loire, car de cette Loire, nous sommes tous les premiers ambassadeurs.