Portrait Jean-Philippe Grand

Efficacité énergétique dans les lycées : adoption du contrat de construction durable

Intervention Jean-Philippe Grand

Tout d’abord, je tiens à remercier le groupe de travail « contrat de la construction durable » dans lequel les services de la région: le service juridique, le pôle d’efficacité énergétique, le service patrimoine des lycées mais également des représentants des professionnels: l’ordre des architectes, Syntec, la maison de l’architecture et envirobat, ont travaillé d’arrache pied pour bâtir ce contrat. Avec une mention spéciale à Amandine Bui Van, la chargée de mission Contrat de la construction durable. Si je commence par ces remerciements, c’est simplement parce que ce travail est une première nationale. Avant de nous lancer dans ce projet, nous avons contacté les autres régions pour savoir comment elles avaient formulé leur demande politique auprès des maîtres d’oeuvre chargés de construire ou rénover leur parc de lycées. Nous avons bien vite compris que rien n’atteignait le niveau d’exigence environnementale que nous nous étions fixé. C’est donc grâce à la mobilisation de cette équipe que j’ai le plaisir de vous présenter le Contrat de La construction durable aujourd’hui. 

Nous cherchions à exprimer le plus clairement et simplement notre commande politique. Au-delà de l’efficacité énergétique, un objectif à la fois environnemental et financier important, nous voulions marquer que la qualité de vie dans nos lycées et la durabilité du travail effectué pour y parvenir étaient tout aussi fondamentaux. C’est donc une démarche de qualité et de suivi des aspects environnementaux tout au long de l’opération de construction ou de rénovation à partir de la programmation jusqu’à la réception, voire au-delà, que nous initions aujourd’hui avec le contrat de construction durable. Nous voulions également faciliter l’intégration d’éléments de construction durable par la définition d’objectifs atteignables, vérifiables et contractualisés. A terme, nous aurons une vision précise de la qualité et de la performance de notre patrimoine par la traçabilité des documents de la démarche du contrat. 

Il convenait également que les points principaux de ce contrat soient en permanence visibles par tous les acteurs d’où l’idée d’une affiche qui sera, j’en suis sûr, accrochée au-dessus de tous les bureaux dès que vous aurez validé notre travail. Cet outil a l’avantage d’être clair, lisible et à la compréhension aisée. 

Nous avons mené ce travail en deux phases. Nous avons tout d’abord fait un état des lieux en nous appuyant en particulier sur le GQCD, le Guide Qualité de la Construction Durable, l’excellent travail réalisé il y a quelques années par notre collègue Jean-Marc Rousseau. Le GQCD nécessitait une mise à jour et une simplification afin d’être utilisable de manière quotidienne, d’être adapté d’un point de vue juridique et d’y ajouter un protocole d’évaluation. Le CCD rempli ces nouvelles exigences. Le groupe de travail a ensuite pris le relais pour aboutir au document présenté aujourd’hui. 

Ce contrat sera revisité chaque année afin de tenir compte des nouvelles avancées dans le domaine de la construction et de reprendre les éventuels points difficiles à appliquer à l’usage. 

Enfin, ce contrat servira à contrôler la bonne application des étapes nécessaires à la construction ou à la rénovation de nos lycées afin que ces travaux soient durables et écologiquement viables. Contrairement à ce qu’à pu craindre le CESER, c’est bien le maître d’ouvrage, donc nous à la région, qui nous chargerons de l’évaluation du contrat avec l’aide de bureaux de contrôle ou d’assistants à maîtrise d’ouvrage. 

Cet outil, j’en suis sûr, représente une véritable avancée dans nos méthodes de travail et, je l’espère, un modèle que voudrons reprendre nos collègues d’autres régions. Chers collègues, je vous remercie.

 

 

 

Session du 14 Avril 2011
Icône fichier PDF 

Contrat de construction durable