La nouvelle politique régionale de l’apprentissage

Intervention de Gérard Nicaud

La loi de septembre 2018 a inscrit l’apprentissage dans un modèle libéral avec au passage une recentralisation de sa mise en œuvre. Modèle que nous regrettons tous dans cet hémicycle. Un de mes collègues vient même de qualifier cette opération de hold up. Je vous invite, Monsieur le Président, à maintenir notre réaction auprès de la Ministre.

L’apprentissage, comme l’ensemble de l’éducation, est à notre sens du ressort du Service Public. Nous continuerons à défendre ce modèle. Et alors que l’on parle ces derniers jours d’une vague de décentralisation, puisse le Gouvernement faire évoluer cette réforme. Dont on voit bien que dans le cadre de la crise actuelle, le manque de pilotage pourrait avoir de graves conséquences.

Il nous faut assurer un maintien fort de cette forme d’éducation et notre collectivité, au plus près de son territoire et des acteurs, est bien placer pour le faire.

La mobilisation de la Région apporte une réponse claire et efficace aux entreprises, aux artisans et aux commerçants. En effet, ce plan en 6 axes permettra de conserver ces formations au plus près des besoins. Ainsi seront assurées la sécurisation des contrats et la rentrée 2020.

N’oublions pas que l’apprentissage est la garantie de la reprise par des jeunes d’entreprises et de commerces.

Bien entendu, tout ce travail est mené en concertation avec les acteurs du monde économique, social et environnemental. J’ai en mémoire le lancement de la plateforme des formations où l’on a vu les propositions augmenter lors de la réunion de lancement. On en dénombre plus de 1000 aujourd’hui.

Enfin, je salue la mise en place d’une carte des formations qui permettra de valoriser toute cette démarche.