Une nouvelle stratégie régionale du tourisme et des loisirs

Intervention de Christelle de Crémiers

La stratégie du tourisme et des loisirs s’inscrit dans le contexte de deux constats. En premier lieu il convient de constater la sensibilité de l’activité touristique face aux crises économique et écologique. Le tourisme est un secteur qui répercute instantanément les conséquences des crises et des aléas. Dans l’immédiat, ces aléas, qui sont indépendants du professionnalisme des acteurs, de la cohérence de la stratégie et de la qualité de l’accueil, entraînent l’annulation massive des séjours des clientèles étrangères. En deuxième lieu, il y a le constat de l’évolution des attentes et du comportement des touristes. Les touristes recherchent plus la qualité, l’authenticité désormais que la collection de destinations lointaines. L’utilisation de nouvelles technologies permet de répondre plus rapidement à chacun des besoins exprimés par des clients hyper connectés. Les voyageurs, grâce aux nouveaux outils mobiles, préparent davantage leurs séjours, comparent les prix ainsi que les avis et attendent une réponse quasi-immédiate.

L’ensemble de ces évolutions (crises économiques, versatilité du comportement des touristes, évolution des attentes des touristes, succès de nouveaux acteurs, demande de personnalisation des produits…), ainsi que le contexte concurrentiel entre les destinations, exigent d’adapter le modèle régional de développement touristique pour les prochaines années.

Afin de donner un sens à ce nouveau modèle de développement touristique, il est nécessaire de définir les finalités : pourquoi voulons-nous développer le tourisme et les loisirs ? Nous pensons que le tourisme est parmi les meilleurs outils à disposition des élu-es pour 1. développer l’économie locale et offrir la possibilité d’augmenter le nombre d’emplois non délocalisables, alors que le chômage de longue durée augmente 2. rééquilibrer les disparités croissantes entre les territoires, disparités qui ne peuvent que se creuser dans le cadre du système économique et financier actuel 3. offrir des vacances et des loisirs accessibles à tous, alors que le nombre d’habitants qui ne part plus en vacances ne cesse d’augmenter d’année en année.

En résumé, nous considérons que le tourisme est un outil extraordinaire pour développer harmonieusement les territoires, avec deux conditions : celle de stabiliser le contexte économique, c’est-à-dire, rendre l’activité du tourisme moins sensible aux aléas, et celle de répondre effectivement aux nouvelles attentes et comportements des touristes.

Pour stabiliser le contexte économique, le modèle de développement touristique retenu par la Région repose sur la fidélisation des visiteurs et sur l’étendue tout au long de l’année ; c’est-à-dire faire en sorte qu’ils reviennent régulièrement en région. Cette clientèle fidèle, moins sensible aux aléas en période de crise, permet d’assurer ainsi un socle de stabilité économique. Cette stabilité est la garantie nécessaire pour favoriser la création et la consolidation d’emplois.

Ce n’est pas une stratégie facile. Elle est bien plus exigeante qu’une stratégie fondée essentiellement sur des campagnes de communication et de promotion. La fidélisation des clientèles suppose préalablement d’offrir : Des occasions et des opportunités de séjour renouvelées et diversifiées ; Une satisfaction renforcée ;         Une expérience qui réponde aux besoins de ressourcement, de rupture (temps et espace), de sens et de partage.

L’ambition de la région est de devenir une référence du tourisme de la douceur et de l’art de vivre au niveau européen. L’image des territoires de la région doit permettre aux personnes qui ne sont jamais venues dans nos territoires, ou il y a très longtemps, d’imaginer sa manière de prendre son temps, de trouver son propre rythme dans la découverte des beautés des paysages, de l’Histoire et des saveurs, et surtout ensuite de les vivre réellement, afin de vouloir revenir. Ce mode de tourisme peut concerner tous les types de publics et tous les territoires ; cela suppose un engagement de la part des acteurs pour proposer une offre très variée tant en termes de niveau de confort que de budget, comme le tourisme social et solidaire. Il concerne aussi tous les moments de l’année, de mai à octobre, mais aussi à Noël que la région souhaite développer et l’hiver pour les cousinades.

Pour relever ces défis ambitieux, notre belle région Centre Val de Loire possède déjà de nombreux atouts qu’il convient de renforcer : le très riche héritage du berceau de l’histoire de France, une vie culturelle remarquable et des éléments naturels majeurs qui sont inscrits au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco. C’est l’exceptionnelle rencontre de la culture et de la nature qui identifie les territoires emblématiques de notre région. Les châteaux sont aujourd’hui des sites où foisonne une activité culturelle intense et renouvelée, la Loire à vélo et ses itinéraires cyclables déployés sur l’ensemble de notre territoire font du Centre-Val de Loire la première région de France pour le tourisme à vélo, et le Val de Loire figure désormais parmi les quinze destinations touristiques françaises prestigieuses qui rayonnent à l’international. De plus, le professionnalisme et la passion de ses acteurs offre l’opportunité à notre région de conjuguer patrimoine et création, Renaissance et art contemporain.

Mais il est nécessaire aussi d’enrichir l’offre pour renouveler l’expérience du client et c’est l’objet de cette nouvelle étape du tourisme en Centre Val de Loire. L’hébergement constitue l’un des premiers critères dans le choix d’une destination et la restauration participe grandement à la qualité de l’expérience vécue. Or, ces deux pans de l’offre touristique régionale souffrent aujourd’hui d’un niveau de satisfaction insuffisant exprimé par nos visiteurs. Il s’avère essentiel de renforcer cette offre, afin quelle constitue demain un véritable atout. Les activités dans la nature présentent un fort potentiel de développement La randonnée pédestre, les activités équestres, la batellerie de Loire et les sorties d’observation de la nature ; l’agritourisme représente une composante encore peu développée en région ; l’offre culturelle mérite d’être mieux valorisée auprès des clientèles touristiques et de faire partie intégrante des composantes de l’offre touristique locale ; les métiers d’art font partie du patrimoine régional et constituent une vitrine des savoir-faire locaux. A ce titre, une valorisation touristique de cette activité doit être engagée ; le tourisme d’affaires offre également des opportunités de développement notamment à partir des centres de congrès mais aussi des lieux de caractère permettant de mixer voyage d’affaires et voyage d’agrément.

Le défi le plus important est sans doute celui de la collaboration et du travail en réseau. Il ne sera pas possible de relever le défi du développement territorial sans changement de pratiques. L’ambition et la responsabilité partagée doivent se traduire dans la gouvernance et l’organisation touristique régionale, l’enjeu étant de gagner en efficacité grâce à des méthodes de travail plus transversales entre les différentes structures (Comité Régional du Tourisme, Agences Départementales de Tourisme, Offices de Tourisme), les collectivités et les réseaux d’acteurs.

La transversalité est nécessaire partout : pour promouvoir et commercialiser une destination, c’est l’organisation en projet qui va être privilégiée ; pour former le personnel des offices du tourisme, le plan de professionnalisation est en train d’être écrit à sept mains par les six ADT et le CRT ; pour renouveler l’expérience des visiteurs, les offices vont réunir les acteurs afin de faire émerger de nouveaux projets de territoires, qui allient petits et grands patrimoines ; pour contribuer à la fidélisation des visiteurs, les acteurs professionnels et institutionnels vont créer des outils marketing comme les pass ou les abonnements multi activités ; pour continuer d’attirer de plus en plus de visiteurs, les grands sites ont choisi de travailler en réseau avec la Mission Val de Loire ; pour développer le tourisme sur l’axe ligérien, comme dans les campagnes de proximité ou de style, la mise en réseau, l’animation de la montée en compétences des offices est nécessaire.

Le CRT a un rôle majeur à jouer pour concevoir, mettre en oeuvre et maintenir ces nombreuses transversalités entre des acteurs institutionnels, associatifs ou professionnels. La fédération et la convergence des énergies est la condition première de la réussite de cette stratégie qui doit permettre à la fois un développement territorial durable, harmonieux et économe pour les budgets publics.