Image communiqué de presse

Nucléaire : préparons la sortie !

Les élus écologistes au Conseil régional s’opposent aux aides économiques apportées au secteur nucléaire. Pourtant nous avons approuvé aujourd’hui lors de la commission permanente une subvention de 106 800 euros à l’entreprise orléanaise OAKRIDGE pour son projet de développer un système innovant de transport des débris nucléaires pour le démantèlement post-catastrophe de réacteurs.  Le concept exploré par cette entreprise consiste à faire retirer les morceaux de corium  (combustible nucléaire fondu en fond de cuve) hors des cœurs des réacteurs accidentés par un robot qui procédera à un transfert pneumatique, pour répondre aux enjeux de Fukushima.

La nécessité de renforcer la sécurité dans le nucléaire coûte cher et implique d’y engager des sommes colossales. Car le risque zéro n’existe nulle part comme nous l’ont montré  Three Miles Island, Tchernobyl et Fukushima. La région Centre-Val de Loire n’est pas non plus à l’abri d’une catastrophe.

Nous apprenions hier que l’anomalie de la cuve de l’EPR de Flamanville (qualifiée de « sérieuse, voire très sérieuse » par le président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire) pourrait faire passer la facture du chantier à plus de 10 milliards d’euros, 3 fois la somme initiale. Par ailleurs, EDF parie actuellement sur le prolongement de centrales vieillissantes, ce qui accroît la probabilité d’accident.

Dans ces conditions, nous prenons la responsabilité de soutenir la recherche de solutions qui pourraient être mobilisées lors d’une prochaine catastrophe ou pour le démantèlement de sites nucléaires. Mais la vraie responsabilité serait de limiter le risque à la source en sortant du nucléaire et en évitant ainsi les catastrophes.

Les élus écologistes continuent à donner la priorité au développement des énergies renouvelables sans risque pour l’humain et son environnement. Un récent rapport de l’ADEME, dévoilé la semaine dernière par Mediapart, ne concluait-il pas que l’électricité française pourrait être à 100 % renouvelable en 2050 et que cela ne coûterait pas plus cher ?

Jean DELAVERGNE,

Président du groupe EELV

Gilles DEGUET,

Vice-président de la Région, délégué à l’énergie