Orientations budgétaires pour 2017 : les investissements dans les lycées

Intervention de Jean-Philippe Grand

 

Comme vous le savez, l’effet levier de la commande publique et le maintien à haut niveau de nos investissements garantissent du travail pour les entreprises. Le maintien de nos investissements dans nos lycées, que ce soit pour la rénovation, la performance énergétique ou l’accessibilité, montre l’importance qu’a pour nous l’amélioration du cadre de vie pour nos lycéens et enseignants. Cela montre également l’importance que peut avoir la ligne directrice de notre action politique, le fil rouge que constitue le maintien du patrimoine régional dans un état d’usage plus que satisfaisant.

La construction de nouveaux lycées sera l’occasion pour nous de nous engager dans la démarche « lycée du futur » qui non seulement permet de repenser les espaces pédagogiques mais sera l’occasion d’appliquer le principe de lycée sans impact sur l’environnement.

Que ce soit par la production de l’énergie nécessaire à son fonctionnement ou par la gestion de l’ensemble des flux entrants et sortants, on sait désormais que le lycée de demain sera modulable, adaptable et devra répondre à l’évolution des enseignements.

Le cours magistral ne sera plus la règle absolue, ce qui est une excellente chose, mais cela pose des problèmes d’aménagement intérieur qui nécessitent une réflexion minutieuse et complexe.

Vous le voyez, les lycées restent un enjeu majeur pour nous et au-delà de la gestion quotidienne qui en ce moment mobilise nos équipes sur la remise en route de la saison de chauffe, nous cherchons en permanence à nous améliorer, encore et toujours.