Portrait Pascale Rossler

Plan régional de mobilisation pour l’emploi : pour des emplois respectueux de l’environnement

Intervention de Pascale Rossler

 

Monsieur le Président, il m’apparaît utile de faire un focus dans ce Plan de mobilisation pour le développement économique et l’emploi sur le type de développement que nous voulons soutenir. Développement économique et emploi oui, mais pour que ces emplois soient durables ! Le principe de réalité nous rappelle qu’il ne peuvent s’affranchir des composantes réelles telles l’équilibre social et la pérennité de notre environnement et des ressources qu’il nous prodigue.

 

Le point 4 concerne le Lancement du nouvel Appel à Projets « PME Innovation » et nous propose à ce titre le projet AGROBLOC de RASONI qui vise à développer des blocs de maçonnerie en béton incorporant des matériaux biosourcés d’origine locale tels que la chènevotte de chanvre et les anas de lin oléagineux. C’est un bon début et ce projet nous semble intéressant à suivre. Le projet BIO-AROMES également mérite aussi d’être remarqué, il consiste à démontrer qu’il existe des molécules de substitution aux conservateurs de synthèses visés par les réglementations (comme REACH) sur les substances chimiques.

 

Au point 5 de ce Plan, le « Fonds d’amorçage Emergence Innovation », une des 2 jeunes entreprises innovantes régionales sélectionnée est AROMA Technologie à Romorantin. On y decouvre qu’au sein du pôle de compétitivité DREAM, Aromatechnologies est partie prenante du projet PRINCIPASOL, dont le but est de « protéger, par l’innovation et la valorisation de leur biodiversité, les écosystèmes humides de la région Centre. » Dans ce cadre, la société romorantinaise évalue, à l’aide de tests en microbiologie, des extraits végétaux prélevés sur des plantes endémiques. Elle « recherche des molécules exprimant des activités biologiques antibactériennes, anti-inflammatoires et anti-oxydantes, qui pourraient être utilisées comme principes actifs, notamment dans des médicaments. »

 

A delà de ces exemples prometteurs qui démontrent combien la Biodiversité peut être une opportunité et non une contrainte pour l’économie, je rappelle que la Région devient chef de file en matière de biodiversité et a adopté une stratégie régionale en sa faveur, avec pour ambition de devenir une région a biodiversité positive, c’est-à-dire démontrant que la biodiversité est un facteur de développement social et de bien être bien sûr, mais aussi économique et scientifique.

 

A l’heure du constat accablant de la non durabilité et des limites de notre modèle de développement, où l’économie remet en question les indicateurs du PIB et crée des inditateurs de richesse de long terme, donner du sens au progrès et intégrer les réalités de long terme passe par la prise en compte du coût réel de nos activités et de notre modèle, incluant les coût sociaux et environnementaux des pratiques qui ne prennent en compte que l’intérêt économique.

 

A l’instar de la dette financière que nous faisons porter en partie aux générations futures, la dette environnementale représente un coût collectif qu’on le veuille ou non, et surtout elle est de notre responsabilité collective.

 

Nous avons tous et toutes des activités qui ont un impact environnemental (et il ne s’agit pas de stigmatiser une branche ou une autre), mais responsabilité étymologiquement signifie avoir la réponse, et les réponses conjuguant économie et durabilité des ressources existent.

 

Conjuguer l’utilisation de molécules et process naturels (de plus en plus demandés par des consommateurs soucieux d’éthique), et durabilité dans l’usage de ces ressources représente un modèle de développement durable et stable contrairement aux procédés chimiques ou autres activités carbonées aux coûts de plus en plus importants et instables.

 

93% des Français se disent sensibles à l’environnement et 77% de nos concitoyens estiment que les pouvoirs publics ne font pas assez en matière de biodiversité. En 2013, 35% d’entre eux disent que les atteintes a la nature ont déjà un impact sur leur vie quotidienne, et ce chiffre a augmenté de 7 % en 3 ans !

 

C’est par cette transition écologique de l’économie que nous pouvons penser des innovations durables.

 

Quelques lois de base de la nature :

– La nature fonctionne a l’énergie solaire

– La nature n’utilise que l’énergie dont elle a besoin

– La nature adapte la forme a la fonction

– La nature recycle tout

– La nature récompense la coopération

– La nature parie sur la diversité

 – La nature valorise l’expertise locale

– La nature limite les excès de l’intérieur

– La nature transforme les limites en opportunités, etc.

 

C’est  sur ces principes que la planète fonctionne depuis 4,5 milliards d’années, et que le bio-mimétisme invente les solutions de l’économie de demain. Ainsi, notre ambition est de poursuivre par la recherche, l’accompagnement aux entreprises et l’information, la démonstration des vertus durables de l’économie verte. Plusieurs politiques régionales s’y emploient, cela a été dit, et convergent dans ce sens et nous nous en félicitons.

 

L’approche par les services écosystémiques, les services gratuits rendus par la nature, permettent d’élargir notre vision de l’intérêt de la biodiversité et va nous permettre d’aller plus loin. Nous menons actuellement une étude régionale afin d’évaluer ces services à l’échelle de notre territoire.

 

Fertilité ses sols, régulation du climat, épuration et filtration des eaux, pollinisation, dégradation des déchets fermentescibles, fourniture en eau, en matières premières alimentaires, minérales, fossiles, ressources génétiques, patrimoine et services récréatifs a la population, aux touristes, etc,

 

Notre capital naturel est gratuit et a une valeur immense, et nous le dégradons un peu plus chaque jour.

 

En matière d’emplois, les champs de l’ingénierie écologique et les opportunités offertes par la biodiversité sont immenses (du génie écologique au tourisme en passant par l’agro-écologie) et offrent les pistes concrètes pour agir et structurer des filières pérennes.

 

Alors soyons a l’avant garde : continuons le pari et relevons le défi de l’écologie au service d’un développement respectueux des équilibres et réellement durable.

 

 

Session du 26 Septembre 2013
Icône fichier PDF

Communication : Plan de mobilisation pour l’emploi