Pour un tourisme vert en proximité

Intervention de Sabrina Hamadi

Le tourisme de demain doit résister aux crises à venir. Les crises ne laissent personne indemnes et plus nous anticipons et travaillons collectivement à construire ces chemins, plus nous serons assurés de ne laisser personne au bord de la route. L’écologie n’est pas punitive, c’est le manque d’écologie qui est la véritable punition, et qui plus est évidemment pour les plus vulnérables. Il n’y a pas besoin d’attendre la prochaine crise pour dessiner ces chemins.

Je tiens à saluer ce rapport qui permet de présenter le plan de mobilisation générale pour le tourisme. Un plan :

  • qui s’est attaché dans les premières phases de la crise à répondre aux urgences, notamment des acteurs économiques et je tiens à saluer l’additionnalité COP du fonds renaissance dont de nombreux bénéficiaires sont des acteurs du tourisme
  • un plan qui s’est attaché à relancer la fréquentation, notamment par une grande campagne de communication de proximité, à la fois pour les habitants de la région mais aussi l’Ile de France et les régions limitrophes.

Cette campagne « Envie de … (vacances) » est inclusive de toutes les offres territoriales et qui nous amène à glisser vers en Roue Libre. Le tourisme de demain est un tourisme qui irrigue et fait découvrir à des rythmes ralentis la douceur et l’art de vivre de nos territoires. Un tourisme qui vient réinterroger notre rapport aux espaces, au temps et à la nature. C’est le sens du positionnement d’en Roue Libre qui porte la diversité de ces offres et de ces visages qui les incarnent.

  • Pour finir un plan qui continue à structurer des voies d’avenir vers la transition écologique. La transition écologique ne se décrète pas, elle se construit pas à pas avec les citoyens et citoyennes et les acteurs du territoire.

Je me permets un petit retour en arrière sur le tourisme dans notre région et des faits marquants qui ont tracé et qui vont tracer des voies d’avenir :

Alors qu’en 1998 la durée de séjour moyen était de 1,8 nuitées il est désormais de 5,6 nuitées aujourd’hui et 8 pour les séjours à vélo. Une révolution lente dont les itinérances douces ne sont pas innocentes et la Loire à vélo un des plus beaux étendards.

Le vélo, c’est une activité qui renoue avec la nature, qui est bon pour santé, mais pour celles et ceux que ces arguments laissent indifférent La Loire à vélo c’est aussi 52M d’investissement et de 34M de retombées économiques par an, bref un investissement amorti en moins de 2 ans !

Le vélo dans la région c’’est désormais plus de 5000 km de vélo-routes et voies vertes, c’est aussi plus de 600 Accueil vélo, vous savez ce label qui a été inventé par la Région et qui est désormais une marque nationale reprise par France Vélo Tourisme. Sur les 5000 au niveau national, plus d’un quart sont dans la région mais la concurrence est de plus en plus rude car les territoires l’ont compris c’est un sujet d’avenir, …  Et pour nous les écologistes on dit que c’est tant mieux ! Nous remercions au passage l’association nationale Vélo et Territoires qui dans cette course folle au vélo, est à nos côtés en mettant à disposition des outils de pilotage et des temps d’échange de pratiques tout en nous challengeant collectivement.

Autre sujet, qui peut paraitre un détail mais qui n’est pas anodin la place de marché régionale. Je tiens à saluer la ténacité de nos élus pour la mettre en place sur le dernier mandat : A l’époque un outil qui a fait débat à l’heure où Booking semblait un mastodonte contre lequel personne ne pouvait se battre. L’intention était d’accompagner notamment les petits acteurs qui n’avaient pas de capacité de se munir d’un système de réservation en ligne en se prémunissant par contre de mettre 100% de leur destin dans les mains d’un outil mondialisé.

Cette place de marché régionale se révèle être aussi aujourd’hui un outil de résilience locale pour appuyer la relance sur le territoire régional et la relocalisation des échanges. Tout habitant, acteur du territoire va pouvoir acheter des bons cadeaux qui seront disponibles dans la base des 1577 prestataires de tourinsoft. Un outil tout à fait adapté aux Comités d’entreprises de la région et dont les objectifs peuvent converger vers ceux d’une monnaie locale inter-entreprises à l’image du WIR en Suisse.

Une vraie nouveauté dans ce rapport qui participe aux engagements de la Région à la COP régionale relève des accompagnements à venir des acteurs à la transition écologique, tant dans une démarche individuelle que dans une approche territoriale. Un sujet complexe, dont les enjeux sont bien connus et partagé avec les acteurs mais dont il faut inventer le mode d’emploi et les outils. Ce rapport Il le propose :

  • Par un volet pour un accompagnement individuel des acteurs dans une logique de chaque pas gagnant. Un accompagnement initié par un diagnostic avec une évolution en plusieurs phases qui permet d’être dans une démarche de progrès.
  • un volet d’une démarche territoriale qui s’inspirera du dispositif de l’ONU de « passeport vert » dans une dynamique d’accompagnement collectif

Le retour à la nature, la ruralité, le tourisme solidaire, l’authenticité, la gastronomie sont des attentes nouvelles des touristes face à la saturation de certaines destinations surpeupler et à la dégradation d’autres. S’inscrire à contre-courant d’un tourisme de masse pose avec acuité la préservation des milieux et des paysages. Le paysage est une ressource touristique, à forte valeur économique. Mais plus qu’une image de carte postale, le paysage est vivant, au sens où il abrite la vie et permet son maintien. Ce patrimoine doit être enrichie, préserver et valoriser pour un tourisme qui mise sur la douceur et l’art de vivre.