Image communiqué de presse

Pour une large mise en œuvre de l’Indemnité Kilométrique Vélo sur le territoire régional

A l’heure de la COP 21, il faut accorder  une attention particulière au transport, premier émetteur de gaz à effet de serre en France (27% du total). Le report vers des mobilités moins polluantes est incontournable et il contribuera à améliorer la qualité de l’air.

La Commission permanente du Conseil régional a adopté jeudi dernier le principe de verser une Indemnité Kilométrique Vélo (IKV) aux agents utilisant ce mode de déplacement pour se rendre quotidiennement au travail depuis leur domicile. Le groupe des élus EELV se réjouit de cette décision qu’il avait initiée lors de la session du 15 octobre en déposant un vœu, adopté alors à l’unanimité.

La loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique prévoit en effet la mise en place d’une Indemnité Kilométrique Vélo. Cela fait suite à une expérimentation menée nationalement en 2014 dans 18 entreprises volontaires représentant près de 10 000 salariés. Avec une indemnité kilométrique de 25 centimes d’euros, elle a abouti en seulement 6 mois à une multiplication par plus de 2 du nombre d’usagers réguliers du vélo.

D’ores et déjà, la Région met à disposition de ses agents des garages à vélo et prend en charge les abonnements à Vélo+ (offre de vélos en libre-service dans l’agglomération orléanaise). Mais alors que le Conseil régional prend en charge à 100 % le coût des trajets domicile-travail au moyen des transports collectifs, il n’existait pas encore de dispositif en faveur des salariés qui se rendent à leur travail à vélo.

La ministre de l’Ecologie, Ségolène ROYAL, a malheureusement annoncé le 30 septembre qu’il reviendra aux employeurs de décider d’appliquer ou non cette « Indemnité Kilométrique Vélo ». Pour les élus EELV, la Région ne doit pas se contenter d’appliquer l’IKV à ses propres agents. Comme le propose le vœu adopté lors de la dernière session :

-l’indemnité kilométrique devra aussi être mise en œuvre dans les structures associées du Conseil régional ;

-dans le cadre des contreparties sociales et environnementales des aides économiques qu’elle verse aux entreprises, la Région a aussi le devoir d’encourager une application massive de cette mesure sur le territoire régional.

 

 

Jean DELAVERGNE, Président du groupe EELV au Conseil régional,

membre de la commission « Finances et moyens généraux »

 

Charles FOURNIER, Vice-président du groupe EELV au Conseil régional,

membre de la commission « Transport et circulations douces »