Portrait Jean-Philippe Grand

Présence territoriale des services de santé : santé et nucléaire

Intervention de Jean-Philippe Grand.

Monsieur le Président, mes chers collègues,

Mon propos se concentrera sur les risques sanitaires liés aux centrales nucléaires. Il n’est pas question pour moi de dresser un tableau catastrophiste mais de rappeler ici que les habitants de la région Centre vivent à proximité de 5 centrales, dont 4 sont sur notre territoire et une, celle de Civaux, est à proximité.

Si je mentionne Civaux, c’est parce qu’elle a fait l’objet cette semaine de nombreux articles de presse faisant état d’une concentration particulièrement alarmante de tritium dans la nappe phréatique : 540 becquerels par litre quand la norme doit être inférieure à 10 ! Le responsable de la communication du site admettant même l’existence d’une fuite non identifiée ! 

La revue « Journal international du cancer » vient de publier dans son numéro de janvier une étude scientifique établissant une corrélation très claire entre la fréquence des leucémies infantiles aiguës et la proximité des centrales nucléaires. Le Docteur Brechat de la MSP d’Avoine le proposait ce matin mais une étude épidémiologique doit être menée. J’en reparlerai lors de l’amendement que je présenterai tout à l’heure.

Cette étude épidémiologique rigoureuse menée par des équipe de l’INSERM de l’IRSN et du Registre national des maladies hématologique de l’enfant de Villejuif, démontre pour la période 2002 / 2007 en France un doublement de la fréquence d’apparition des leucémies infantiles. 

La recherche de l’INSERM intitulée Géocap inclut les 2753 cas diagnostiqués dans toute la France à partir d’adresses géocodées et situées autour des 19 centrales françaises : elle établit qu’il y a 2 fois plus de cas de leucémies chez les enfants habitants à moins de 5 km des centrales. Même en situation non accidentelle, la preuve est donc apportée que la technologie nucléaire expose les populations à un risque sanitaire important qui doit être pris en compte par les autorités et l’ensemble des élus.

Et puis il faut bien envisager les risques que nous encourrons tous collectivement en cas d’accident nucléaire majeur. 

Comment pourra-t-on chiffrer le coût d’un accident nucléaire qui ne pourra jamais prendre totalement en compte le coût humain ? Les décès, les handicaps et les maladies ou la perte de millions d’hectares de sols contaminés pour des siècles.

La contamination des denrées alimentaires et de l’environnement est également problématique.L’accident de Fukushima nous a prouvé, alors même que les Japonais ont des normes de contamination beaucoup plus basses que les nôtres, que les sols et les aliments pouvaient être rapidement contaminés de manière irréversible, créant au-delà de la catastrophe nucléaire un drame économique et social à long terme. Dans un premier temps, la contamination des éléments radioactifs touche les végétaux à large feuille, l’herbe puis tous les animaux qui vont la consommer. Très rapidement le lait et la viande sont contaminés. Dans la mer, les algues contaminent les mollusques et les poissons. Plus on s’élève dans la chaîne alimentaire, plus il y a une concentration des radioéléments suivant les espèces. Si l’iode est éliminé au bout de quelques jours, le césium ne diminue que de moitié tous les 30 ans. Suite à l’accident de Tchernobyl en Ukraine, les enfants sont toujours malades : perte d’immunité, problèmes cardiaques dus au césium qui s’installe dans les fibres musculaires, effets neurologiques… Les conséquences sont loin d’être finies, plus de 25 ans après.

En conclusion, je considère que c’est entre autres pour des raisons de santé publique qu’il est de notre devoir d’engager une sortie programmée du nucléaire selon un scénario dont l’association Négawatt a déjà défini les bases. Au fur et à mesure que nous réduirons le besoin en électricité, que nous améliorerons la performance énergétique et que les énergies renouvelables se développeront, nous pourrons fermer les centrales nucléaires d’ici une trentaine d’années, et ainsi réduire les risques épidémiologiques d’une part et de catastrophe irréversible d’autre part.