Présentation du premier Accord de la COP régionale

Intervention de Charles Fournier

Je suis très heureux de vous présenter ce rapport, qui porte une ambition très forte et qui marque un point d’étape dans un processus continu avec un Accord tous les 2 ans.

En introduction, je voudrais commencer par remercier :

-Mes collègues élus qui ont pris part à l’aventure : évidemment François, mais aussi Sabrina, déléguée à la COP qui m’a accompagné au cœur de ce processus, Anne Besnier en lien avec le conseil scientifique mais plus globalement l’ensemble du bureau exécutif régional.

-Tous les services qui se sont mobilisés avec le cabinet : l’environnement en premier chef, la direction de la transformation numérique et citoyenne, les lycées, la formation, la recherche, l’agriculture et l’alimentation, les transports, la culture, le tourisme, les moyens généraux, la communication… Sans être exhaustif, c’est l’ensemble de l’administration que je salue pour son attachement au service public et son investissement dans ce projet ambitieux.

-Tous les partenaires, acteurs du territoire et citoyens qui se sont mobilisés

Cette COP est pour moi un élan fabuleux et j’ai dans la tête un tourbillon de visages de gens qui changent le monde au quotidien dans notre région.

Je voudrais redire pourquoi une COP. Fin 2017, quinze mille scientifiques du monde entier lançaient une alerte quant à l’état de notre planète : huit des neuf limites planétaires sont atteintes.  C’était la deuxième fois que les « scientifiques du monde » adressaient une telle mise en garde à l’humanité après celui de 1992 à Rio. Le premier appel n’a pas guère été suivi d’effets. Un quart de siècle plus tard, la trajectoire n’a pas changé et nous nous orientons vers la 6ème extinction de masse.

Nous connaissons tous les ambitions que nous nous sommes fixés aux niveaux mondial, européen, français (Plan Climat, LTEPCV, SNBC) et dans la Région au travers du SRADDET qui portent des ambitions écologiques très fortes. Conscients de l’urgence sans précédent et de l’irréversibilité des phénomènes qui s’opèrent et s’accélèrent, l’enjeu est d’accélérer en mobilisant au maximum.

La COP régionale doit marquer durablement l’évolution de notre région. Alors qu’une crise sociale se profile, suite à la crise liée au COVID-19, la nécessité de cette démarche inédite engagée en 2019 se renforce plus que jamais.

Ce premier Accord est constitué des engagements des structures publiques et privées volontaires, de la méthode COP, des dispositifs techniques et financiers, d’un regard du panel citoyen, d’un avis du Conseil scientifique, d’un bilan des dispositifs.

La COP régionale, ce sont 5 leviers :

-Milieux naturels et biodiversité (28 % des engagements),

-Habitat et ensemble du bâti (24 % des engagements),

-Mobilité et transport (14% des engagements),

-Agriculture et alimentation (11% des engagements),

-Procédés industriels, déchets et économie circulaire (23% des engagements).

Il y a aussi 5 conditions de réussite :

-La sensibilisation et la concertation des citoyens et acteurs,

-Le suivi du plan d’évaluation par des indicateurs et données,

-Le développement de la recherche et de la formation,

-La mise en place d’instrument financier,

-Le développement des énergies renouvelables et de récupération et des matière renouvelables.

Un point d’étape sur la mobilisation et les engagements :

-315 COPérateurs, dont 134 citoyens et 149 structures,

-171 événements labellisés,

-Désormais, 250 engagements (10 de plus que dans l’accord),

-35 coalitions,

-23 panélistes,

-1 000 membres sur WAG avec plus de 40 000 défis,

-3 semaines « Cap sur la COP », avec une caravane de la COP, fabuleux outil pour mettre un visage sur les transformation à l’œuvre sur les territoires !

Focus sur des engagements, pour illustrer :

-Région : formation des agents aux enjeux climatiques,

-ADEME : engagement à former les nouveaux élus sur la transition écologique à l’échelle communale et intercommunale,

-CESER : développer les achats responsables au sein du CESER, les écogestes et les modes de déplacements des conseillers et conseillères

-Bourges plus : construire un cadastre solaire,

-Communauté de communes du Haut Berry : impliquer les entreprises dans la démarches zéro déchet du territoire, mettre en place la redevance incitative,

-Transports et voyages LTD : transition énergétique de la flotte,

-Pôle des arts urbains : accompagner les transitions par les arts,

-Lycée Voltaire à Orléans : lycée en transition.

Focus sur des coalitions, pour illustrer :

-Participation des Chambres consulaires aux Coalitions (CRMA : 2 – CRA : 2 – CRCI : 2), mais plus largement du monde économique.

-La coalition Méthanisation : 10 acteurs impliqués (GRDF, GRT Gaz, Crédit Agricole, Crédit Mutuel, Banque Populaire, Energie Partagée, Chambre d’agriculture, ADEME, Région, WWF). Cette coalition démontre bien la diversité des acteurs : il s’agit ici d’acteurs divers qui ne partagent pas nécessairement les mêmes objectifs ou points de vue mais cherchent ensemble des solutions en matière d’acceptabilité des projets de méthanisation et de financement.  La coalition souhaite notamment travailler sur l’élaboration d’un label régional.

-La coalition pour une stratégie régionale sur les matériaux biosourcés a organisé plusieurs réunions avec Accort Paille, Arbocentre, l’ADEV, la communauté de communes Sud Touraine Active, le GDA Loches Montrésor, la Chambre d’agriculture du Cher, Polytech’Orléans, Vegepolys Valley et la DREAL.

-Coalition de 20 lycéens producteurs d’énergie renouvelable.

-Coalition sur des projets d’éducation au développement durable avec les jeunes : formation des éco-délégués dans les collèges et les lycées.

-Coalition transition durable des événements en Val de Loire, avec des acteurs de la culture.

Des dispositifs financiers :

-Au service de la COP : Banque des territoires, ADEME, SARE, le fonds Renaissance, l’échelle européenne…

-L’appel à projets COP

-Le dispositif « ensemblier TEE »

-Saluer la rencontre avec la fédération régionale des banques, qui a marqué un vif intérêt, et qui présente une coalition. Le livret COP active du Crédit Coopératif sera présenté à la CP de novembre.

Rappel de la gouvernance de la COP.

-Instances de pilotage : le comité de pilotage, le conseil scientifique, la participation citoyenne, des assemblées régionales impliquées pour l’élaboration des accords COP (ACTE et CESER).

-Des réseaux relais pour amplifier la dynamique : le réseau d’appui à l’ingénierie, le réseau d’appui en financement, des réseaux de relais et de diffusion (COPérateurs, le CRJ).

-Des partenariats en dehors de la Région.

-Les modalités d’engagements : engagement individuel des organisations, engagement par des coalitions.

-Des dispositifs spécifiques pour inviter les citoyens à l’action : WAG, les défis de la transition.

-Le cadre de suivi et d’évaluation : les différents niveaux du suivi évaluation, les différents types d’indicateurs, le plan de suivi des indicateurs, évaluation citoyenne et la transparence.

Les prochaines étapes importantes :

-D’ici la fin de l’année, un bilan BEGES « Patrimoine et compétences » pour définir les émissions de gaz à effet de serre liées aux activités de la collectivité, adossé à des dispositifs de formation pour les agents.

-D’ici la fin de l’année, un bilan des gaz à effet de serre au niveau territorial qui permettra de définir un T0.

-Début 2021, l’appel à projets COP, en partenariat avec l’ADEME

-L’expérimentation de la mise en place d’un budget climat.