Portrait Moïsette Crosnier

Prévention et promotion de la santé… pour les étudiants !

Intervention de Moïsette Crosnier 


On ne peut que se féliciter de cette politique régionale de prévention de promotion de la santé. La santé est un problème particulièrement cruciale pour notre région, mais c’est plutôt sur son aspect prévention que je voudrais insister.

Alors que la prévention est presque toujours placée en priorité, par exemple dans le domaine de la sécurité, elle est étrangement reléguée au second plan pour ce qui concerne la santé. Les médecins scolaires, les médecins du travail sont en constante diminution, leur spécialité peu attractive car non reconnue, et il n’y pas de volonté réelle pour leur redonner la place qu’elle devrait avoir.

C’est une situation grave car il est toujours plus dangereux pour les patients que nous sommes tous, et plus onéreux pour notre système de santé d’intervenir en situation d’urgence plutôt que prévenir les risques.

Dans ce contexte, mettre en place une action auprès des jeunes est déterminante pour modifier les comportements futurs des adultes qu’ils deviendront.

Comme le souligne le CESER, il faut veiller à ne pas segmenter les publics, la question doit s’inscrire dans une continuité éducative de la maternelle jusqu’au delà du lycée, je pense en particulier aux étudiants.

Les conditions de vie des étudiants sont de plus en plus difficiles. Avec l’augmentation des frais d’inscription à l’université, les difficultés à se loger, les étudiants sont de plus en plus nombreux à travailler pour financer leurs études. Au delà de la discrimination que cette situation induit au niveau de la réussite, les répercussions sur la santé sont un risque réel.

Beaucoup n’ont pas ni soutien de famille ni bourse. La précarité financière qui est souvent la leur, les amène à reporter les dépenses de santé et en particulier les consultations ou les démarches d’information préventive.

Nous intervenons pour financer la mutuelle des étudiants les plus démunis. Depuis cette année une convention a été passée avec les mutuelles pour que les étudiants n’aient plus à avancer le montant de le mutuelle car certains étaient, même, dans l’incapacité financière d’avancer l’argent lors de leur inscription. Un système de tiers payant permet de payer directement les mutuelles.

Il ne faut pas les oublier, toutes les actions proposées sont transférables à l’université : actions sur des sujets de prévention et pas seulement la contraception, accueil, écoute information, aide personnalisée pour ceux qui sont éloignés de leur lieu d’études et alimentation saine dans les restaurants universitaires.

Nous sommes attachés au développement de nos universités, à la qualité de ses équipements et des conditions d’enseignement, il faut que nos étudiants aient accès à une médecine universitaire ayant les moyens de développer la prévention de leur santé.

La santé est une prérogative de l’Etat, comme dans de nombreux autres domaines nous intervenons auprès des étudiants et des jeunes pour soutenir les publics fragilisés par la crise et pallier les carences de l’Etat.

L’Agence régionale de la santé doit se saisir de cette question pour qu’une stratégie globale de prévention soit mise en place sur tout le territoire, particulièrement en direction des jeunes.

 

Session du 29 Septembre 2011
Icône fichier PDF  Rapport : La prévention et la promotion de la santé en action