Rapport d’activité et de développement durable 2016

Intervention de Benoît Faucheux

Monsieur le Président, chers collègues, dès l’édition 2015, notre collectivité a décidé de fusionner rapport d’activités et de développement durable. J’avais très vite adhéré à cette idée. Le rapport est structuré en fonction des axes de notre programme commun, qui est un projet orienté vers le développement durable. Présenter l’activité de l’année, c’est présenter les actions que notre collectivité a conduite pour aller dans ce sens. Et je trouve cette deuxième édition du rapport d’activités fusionné avec le rapport développement durable particulièrement réussie. Je tiens d’ailleurs à remercier les services et les collègues VP et le président et le Cabinet, qu’on oublie toujours, qui se sont particulièrement investis sur ce document. Il donne à voir des principales actions de la collectivité et comment elles s’inscrivent dans la perspective du développement durable. Et il met en valeur quelques actions particulièrement emblématiques dans les focus développement durable. Nous avons d’ailleurs veillé à présenter des actions en faveur de la transition écologique, mais aussi de la réduction des inégalités, de l’amélioration du bien-être et du développement économique durable.

En matière d’environnement en 2016, je retiens évidemment quelques actions comme la mise en place de Plate-Forme Territoriale de Rénovation Energétique, qui stimulent le marché de la rénovation énergétique et permettent de créer des groupes d’artisans et de petites entreprises locales capables de gérer une rénovation énergétique globale de A à Z. Je retiens aussi le début de la rénovation énergétique de la copropriété La Prairie à Saint Jean de la Ruelle ; 302 logements dans une copropriété très dégradées, avec beaucoup de personnes en précarité énergétique. La construction d’un Bâtiment BEPOS au Lycée Voltaire qui produit 130% de ses besoins ! Et enfin sur le champ de la transition énergétique le lancement d’une étude sur la création d’un Service Public Régional de l’Energie. Chantier important, qui découle de la Loi de Transition Energétique, et dont nous reparlerons d’ici la fin de l’année lorsque la concertation avec les acteurs aura été conduite à son terme.

Je retiens aussi la montée en puissance de l’économie circulaire, qui est un des objectifs de la SRDEII ; un appel à projets sur le sujet qui a permis de financer plusieurs ressourceries et un programme de sensibilisation mis en œuvre par la CRMA ; et bien sûr le démarrage de l’élaboration du Plan Régional pour la Prévention et la Gestion des Déchets.

Enfin, sur le champ de la biodiversité, l’année 2016 a été marquée par le lancement de la réflexion sur la création d’une Agence Régionale de la Biodiversité, dont nous avons déjà eu l’occasion de débattre dans cet hémicycle.

Comme je le disais tout à l’heure, je trouve que le RADD 2016 est particulièrement réussi. La prochaine marche, identifié par Charles Fournier, consiste à se donner des indicateurs permettant de mesurer les progrès (ou les reculs) de la collectivité et du territoire régional en matière de développement durable. Pour cela nous pourrons utiliser les indicateurs de développement durable qui ont été élaborés par l’ARF, et les indicateurs environnement que la commission développement durable de Régions de France, que j’ai le plaisir de présider est en train d’élaborer. Cela nous permettra sans doute d’avoir un débat spécifique sur cette question lors de la session de l’an prochain.