Session du 25 avril 2019

Développement de l’Emploi par les Formations Inclusives (DEFI)

La Région Centre-Val de Loire s’engage dans un travail de « sur-mesure territorial » pour régler des problèmes d’inadéquation entre d’une part l’insertion professionnelle des jeunes et des demandeurs d’emploi et d’autre part les besoins de recrutement des entreprises sur les territoires.

Toute en approuvant ce dispositif innovant, le groupe écologiste a exprimé certaines inquiétudes/réserves. Il s’agit d’une réponse sur l’employabilité à court terme, mais l’employabilité à long terme est aussi essentielle.  La Région ne doit pas devenir un simple prestataire pour les entreprises, ni financer sa la formation à leur place. Son rôle, c’est d’abord la formation des jeunes, celle des demandeurs d’emploi, des personnes sous main de justice. C’est aussi la lutte contre l’illettrisme.

Point d’étape sur le SRDEII

Plus que jamais, les orientations du Schéma Régional de Développement Economique, d’Innovation et d’Internationalisation (SRDEII) adopté en début de mandature sous l’impulsion des écologistes sont nécessaires :

  • réduire l’empreinte écologique des zones d’activités et de l’immobilier d’entreprises ;
  • développer des filières solides et pourvoyeuses d’emplois dans les domaines de l’économie circulaire, l’économie sociale et solidaire, l’écologie industrielle et afin orienter l’innovation et la recherche-développement au service de l’écologie ;
  • orienter nos politiques agricoles vers l’agriculture paysanne et biologique.

Malheureusement, la mise en œuvre opérationnelle et les moyens consacrés à cette transformation écologique de l’économie ne sont pas encore à la hauteur de l’urgence.

Nouvelle étape de la stratégie numérique régionale

L’évolution de la stratégie numérique de la Région comporte de réelles avancées que nous avons saluées :

  • le développement du « service public régional » de l’Open Data ;
  • la plateforme d’intelligence collective pour les citoyens, dans le cadre de la démarche régionale de démocratie permanente ;
  • la poursuite du déploiement du très haut débit, notamment dans le sud de la région, afin de tendre vers une couverture de 100 % de la population régionale.

A l’initiative du groupe écologiste, un amendement a été adopté, afin de concevoir avec les acteurs du numérique un outil de mesure de l’empreinte écologique du numérique en Centre-Val de Loire, qui permettra de mettre en place un plan d’actions d’atténuation des impacts énergétiques et environnementaux.

500 ans de Renaissance(s) en Centre-Val de Loire

Au moment de célébrer les RenaissanceS, nous pensons qu’il est dommage de ne pas mettre en valeur celles de la renaissance d’une autre manière d’interagir avec la Nature. Notre Région pourtant regorge d’exemples concrets et réussis, dans tous ses territoires, d’initiatives citoyennes exemplaires qui montrent la voie.

La Région lance cette année une COP régionale. C’est, nous l’espérons, une nouvelle opportunité pour parler à un large public des enjeux universels que sont le dérèglement climatique et la pollution grandissante de notre environnement. La région doit faire le choix de mobiliser, comme elle a su le faire pour la mise en valeur de l’histoire et du patrimoine de la Renaissance, les mêmes énergies et moyens pour accélérer le changement culturel qui est indispensable pour penser la compatibilité des activités humaines avec la Nature à long terme.

Vœu pisseurs involontaires de glyphosate Le groupe écologiste propose un vœu pour que les 77 élus régionaux puissent, sur la base du volontariat, faire recherche de traces de glyphosate dans leurs analyses d’urine, dans le cadre de la campagne citoyenne en cours. Pour le moment, alors que plusieurs milliers de personnes ont déjà procédé à ce dépistage, 100 % des analyses s’avèrent positives au glyphosate. Le vœu invite aussi les élus régionaux qui y participeront à se joindre, à l’issue des résultats, à la plainte portée collectivement par l’association « Campagne Glyphosate ».

Vœu taxation du transport aérien

Le transport aérien est le secteur d’activités où l’accroissement des émissions de CO2 est le plus important. Pour la première fois, une compagnie aérienne, en l’occurrence Ryanair qui dessert Tours, a fait son entrée dans le top 10 des plus gros émetteurs de CO2 en Europe, avec 9,9 mégatonnes en 2018, soit une augmentation de presque 7 % par rapport à 2017…

Dans ce contexte, le groupe écologiste propose à l’assemblée régionale d’adopter un vœu pour instituer une fiscalité sur le transport aérien :

  • taxer le kérosène au moins sur les vols intérieurs,
  • agir à l’échelle européenne pour taxer le kérosène sur les lignes aériennes intérieures à l’Union européenne et pour mettre en place une TVA harmonisée sur les billets d’avions internationaux.