Portrait Michelle Rivet

SRADDET : biodiversité

Intervention de Michelle Rivet

Monsieur le Président, chers collègues,

Mon intervention sera consacrée à la question de la biodiversité dans le SRADDET et ,au-delà ,au  traitement de l’espace qui est au cœur d’un aménagement durable du territoire.

La première cause de l’effondrement de la biodiversité est en effet la raréfaction des habitats naturels et l’anthropisation des milieux. La protection et la restauration des fonctionnalités naturelles se devait donc d’être au cœur de ce schéma.

Le SRADDET  intègre et enrichit le Schéma Régional de Cohérence Ecologique dans sa partie dédiée à la biodiversité avec un chapitre de règles et recommandations discutées, enrichies et approuvées par le Comité Régional de la Biodiversité en mai dernier: même si un certain nombre d’inquiétudes ont été exprimées par certains acteurs du CRB : c’est le cas des propriétaires forestièrs sur la question des clôtures). Cette consultation a permis des avancées significatives et consensuelles sur la protection des haies par exemple.

Les territoires régionaux pourront s’appuyer sur les trames vertes et bleues que nos politiques régionales ont encouragées et financées  et même plus précisément sur les Inventaires de la Biodiversité Communale pour élaborer leurs SCOT, PLU, PLUI, ou charte de PNR. L’ensemble objectif,  règles et recommandations cadre fortement les contenus et donne les moyens aux élus locaux de préserver la biodiversité et les continuités écologiques (je pense en particulier à l’engrillagement de la Sologne)

 Aujourd’hui il s’agit de protéger non seulement les espaces naturels remarquables identifiés ou non mais aussi la nature ordinaire car l’effondrement concerne à la fois le nombre des espèces mais aussi les effectifs d’un grand nombre d’entre elles y compris les plus communes.

Il était donc indispensable d’être ambitieux en terme de protection des espaces et c’est le cas avec une cible de division par deux de la consommation des espaces agricoles, naturels et forestiers d’ici 2025 pour tendre vers 0 artificialisation nette en 2030. Cette ambition rejoint le souhait d’un développement harmonieux de l’urbanisation et de revitalisation des centre bourg mais aussi la protection des terres nourricières autour des villes.  Des recommandations favorables au maintien d’ecosystèmes fonctionnels en agriculture sont données dans ce chapitre par exemple l’installation de couronnes agricoles entre espaces urbains et espaces naturels .

En conclusion le SRADDET porte la vision long terme d’une région à biodiversité positive :

  • Une région où les ecosystèmes naturels sont préservés et fonctionnels, contribuant ainsi à l’adaptation au changement climatique
  • Une région où plus d’environnement est synonyme de mieux vivre
  • Une région où les activités humaines sont réconciliées avec la biodiversité et où la nature inspire les solutions de l’avenir.