SRADDET : tourisme et alimentation

Intervention de Christelle de Crémiers

La Stratégie régionale de développement du tourisme et des loisirs est également associée dans l’élaboration du SRADDET. Cette stratégie ambitionne de contribuer activement au développement économique local des territoires. Dans le cadre de la Loi Notre, les offices de tourisme relèvent désormais de la compétence communautaire. Plusieurs offices ont continué à se former en devenant inter-communautaires. Au final, le territoire régional sera maillé par une petite soixantaine d’offices de tourisme au lieu de près d’une centaine.

Ce maillage territorial doit jouer tout son rôle dans le cadre de l’aménagement du territoire. Il sera proposé aux offices d’animer des « projets territoriaux de tourisme » à travers la mise en réseau des acteurs : hébergeurs, restaurateurs, sites de visite, vignerons, acteurs culturels,… Ces projets seront promus, et dans certains cas accompagnés, par le Comité régional de tourisme en liaison avec les agences départementales de tourisme. Pour ce faire, le personnel des offices sera formé, qu’il soit élu, bénévole ou salarié.

Par ailleurs, la politique alimentaire va aussi se traduire sur le plan territorial. La tendance à la relocalisation va se consolider dans les années à venir impliquant autant l’exigence de qualité dans la production et l’élaboration des aliments, que la diversification locale des productions. La région ambitionne de développer des systèmes alimentaires territoriaux sur l’ensemble de son territoire. Cela pose plusieurs questions à étudier à ce stade, en particulier celle du périmètre territorial pertinent, qui peut, de plus, varier d’un système alimentaire territorial à l’autre, et celle du rôle des initiatives citoyennes en matière d’alimentation dans la gouvernance.

Au sein du SRADDET, plusieurs maillages sectoriels vont coexister, qu’il s’agisse des PACT pour la politique culturelle, des Projets territoriaux de tourisme, des systèmes alimentaires territoriaux, des trames vertes et bleues…, en plus du maillage institutionnel et des bassins de vie. Le SRADDET doit être le grand schéma intégrateur qui met en cohérence différentes politiques territoriales, tout en respectant et en acceptant des maillages différents selon les secteurs. La méthode qui est proposée permet d’éviter l’écueil d’un SRADDET hors sol, inapplicable et inopérant et de se donner toutes les chances de réussir un aménagement du territoire qui concoure effectivement au développement harmonieux des territoires vers la résilience.