Stratégie touristique : les atouts de notre région

Intervention de Gérard Nicaud

Monsieur le Président, chers collègues, madame la Vice-Présidente, cette Stratégie du tourisme et des loisirs pour les années 2016-2021 que vous venez de nous présenter s’assoit sur des éléments forts qui seront gage de sa bonne mise en œuvre et de son succès :

  • tout d’abord, il s’appuie sur la politique touristique mise en œuvre lors des mandatures précédentes et de leurs orientations et choix retenus,
  • il présente une vision réaliste de la ressource économique que représentent le tourisme et les loisirs en Région Centre-Val de Loire,
  • votre volonté de sa co-construction, exprimant ainsi la stratégie gagnante opérée par la Région dans l’écoute de ses habitants et des professionnels concernés,
  • la force du patrimoine régional naturel, culturel et patrimonial qui suscite années après années l’intérêt grandissant des visiteurs pour les différents territoires de la Région,
  • sa dimension sociale quand on connait les difficultés financières que rencontre bon nombre de nos concitoyens.

Berceau des rois de France, ce capital touristique est une richesse économique. Vous l’avez indiqué :

  • trois milliards de chiffre d’affaires,
  • plus de 30000 emplois dans ce secteur,
  • une notoriété pour notre région qui ne se dément pas.

Le Val de Loire, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, est une marque touristique mondiale. Il génère à lui seul plus de …. visiteurs. Nos « vieilles » Provinces – le Berry, l’Orléanais, la Touraine ne sont pas en reste. Ces dernières constituent des marques touristiques qui commencent à assoir leur notoriété. La dernière-née, La Sologne, suscitant plus une image de nature et de bien vivre.

Comme les châteaux, les cathédrales de Chartres, Orléans et Bourges, également classées par l’Unesco, constituent  une part prépondérante du patrimoine bâti de la Région.

La qualité et la préservation de la biodiversité dans nos trois parcs régionaux (Brenne, Perche et Loire-Anjou), associés aux réserves naturelles, sont aussi un pilier de cette offre touristique.

La diversité et la beauté des paysages, l’environnement préservé en de nombreux lieux, renforcent cette image de quiétude et d’art de vivre en région Centre-Val de Loire.

Sans oublier ce pari initié  en 1995 par les Régions Centre et Pays de Loire, osé et lancé : « La Loire à vélo » constitue à elle seule la vitrine de ce tourisme de loisirs qui offre des moments authentiques de découverte, de sport de nature, de bien vivre et d’histoire. Elle s’inscrit dans un projet européen appelé « Eurovéloroutes ».

Depuis, « La Loire à vélo » a vu naitre de nombreux autres projets, qui font maintenant de la Région Centre-Val de Loire le leader français du tourisme à vélo et aspire à être une Région de référence en Europe.

Dans un style tout à fait différent, bien que soucieux de la biodiversité et du bien-être animalier, le zoo de Beauval constitue à lui seul une offre de loisir prépondérante (plus de 1million de visiteurs par an). N’oublions pas non plus les jardins, notre Région étant d’ailleurs le « jardin de la France »

Fusion du passé et de l’avenir, proche de la Région parisienne, le Centre-Val de Loire dispose ainsi d’un capital illimité pourrait-on dire !

Posséder un tel patrimoine est une source de fierté, voire de bonheur, mais entraine une grande responsabilité. C’est un capital que nous devons faire vivre, faire connaître.

Pour cela, différents leviers devront être maitrisés :

  • Mieux être à l’écoute de nos clients visiteurs : l’expérience client est un des premiers critères de choix de destination. L’expérience du Comité régional du tourisme devra être mise à profit.
  • Améliorer les compétences et la qualité de l’accueil en tous lieux. Un effort important des particuliers et des professionnels du tourisme (hôtellerie, restauration, sites de visites) est attendu. C’est un des axes forts de la fidélisation. La nouvelle procédure d’achat de la Région doit être utilisée pour coller « à chaud » aux besoins de formation, le plus possible localisés.
  • Accroitre la renommée et la qualité de la restauration. Au pays de Rabelais et donc de la bonne table, les touristes s’attendent à déguster des produits régionaux et de qualité. Quelques exemples : géline de Touraine, asperges et agneaux de Sologne ou du Berry, fromages de chèvres de nos cinq appellations, etc que l’on prendrait plaisir à trouver aux menus. Trop souvent il n’existe pas de circuits permettant aux producteurs de proposer leur production aux restaurateurs.
  • Développer l’offre d’hébergement : l’offre doit être multiple, diversifiée et en adéquation avec les types de clientèle. Bon nombre de petits hôtels ont disparu tant en agglomération qu’en milieu rural. Un effort important devra être réalisé pour soutenir la création ou la rénovation offres d’hébergement de qualité.
  • Accroître et rendre encore plus performante notre communication.
  • Améliorer et coordonner l’offre de transport. La mobilité des visiteurs doit irriguer nos territoires et constituer un atout pour nos offres.
  • Encore plus associer dans le pilotage de cette politique les acteurs départementaux du tourisme et aux réflexions et projets.

Le tourisme est un secteur très concurrentiel, en mutation permanente, soumis à de nombreux aléas, et un secteur fragile du fait de l’importance de la dimension « service ».

Comme cela a été dit, c’est un pan économique important pour notre Région et vital pour son image et sa notoriété. Ne parle-t-on pas de « douceur de vie » en Région Centre-Val de Loire !