Stratégie touristique régionale : bilan et perspectives

Intervention de Gérard Nicaud

 

Monsieur le président, chers collègues, madame la vice-présidente, vous venez de présenter ce qui va guider notre Région et les acteurs du tourisme durant les 5 années à venir : j’y ai noté les éléments forts d’une démarche concertée, d’une ambition partagée et d’un positionnement  affirmé. J’y reviendrai dans quelque temps.

Vous avez pris du temps aussi pour dresser le bilan de la stratégie mise en place dans les années précédentes. Pas de grand soir, pas de grand matin ! En effet, c’est elle qui structure le plan que vous venez de proposer.

S’appuyant sur la marque forte « le Val de Loire », la stratégie 2011-2015 a inscrit ses actions autour des points forts qui caractérisent notre région, à savoir le patrimoine, le tourisme de nature, les itinérances douces et l’art de vivre.

On y a vu l’émergence des marques régionales locales : Berry, Touraine, Sologne, châteaux de la Loire, Loire à vélo.

Notre région attire, je voudrais le rappeler, près de 10 millions de visiteurs par an. C’est un poids économique très important qui est un atout pour nos territoires.

A ce stade de mon propos, je ne voudrais pas oublier l’ensemble des acteurs de la réussite de cette stratégie, tant ceux sur le terrain qui chaque jour reçoivent les visiteurs que ceux qui l’ont élaborée : les équipes du CRT, de la Région et des ADT.

La politique que vous proposez pour les cinq années à venir entend, vous l’avez dit, capitaliser sur cette expérience qui effectivement a produit des résultats.

Cette démarche, vous l’avez concertée avec les acteurs du tourisme : institutionnels, professionnels, associatifs.

Notre Région entend faire du tourisme un véritable outil de développement local qui contribue à la vie des territoires.

Ainsi, son ambition est partagée. Mais vous avez suscité des attentes fortes que nous devrons assumer : les territoires nous attendent !

Autour des 4 axes retenus (page 8, point 5), j’ai noté les éléments clés de la mise en œuvre de cette stratégie : la séduction, la fidélisation, la mise en valeur de la qualité. Et c’est sur ce point que l’humain entre en jeu. Cette mise en qualité ne pourra pas se faire sans une implication plus forte des acteurs. En effet, il ne faut pas voir dans les visiteurs une « tirelire » que quelques-uns, en haut, auraient fait venir jusqu’à nous. Il est nécessaire de professionnaliser nos actes, quel que soit le lieu où passera ce touriste. Que l’on soit employé de mairie, hôtesse d’accueil sur un site, épicier, employé de salle en restauration, nous sommes tous concernés !

Sur l’aspect de la formation, alors que l’on forme à tour de bras tant en formation continue qu’en formation initiale, posons-nous la question du manque de candidats maintes fois évoqué par les professionnels, notamment pour ce qui concerne le service en salle de restauration…

Un autre point est la capacité hôtelière :

  • Hors les grands sites, plus d’hôtel en milieu rural
  • Problème des normes
  • Transformation en chambre d’hôtes de petit hôtel
  • Accueil plus chaleureux en parallèle