Transports : transports scolaires, routes

Intervention de Gérard Nicaud

Monsieur le Président, chers collègues, je voulais tout d’abord exprimer la satisfaction de notre groupe quant au travail qui a été mené par les différentes équipes, régionales ou départementales, les entreprises, les autorités organisatrices, pour la mise en œuvre du transfert des transports scolaires, ainsi que la volonté de transparence exprimée par notre collectivité, répondant ainsi à un engagement fort de campagne.

Assurer la gratuité des transports scolaires sur notre territoire est un axe politique majeur comme l’avait été en . . . . la gratuité des manuels scolaires. Donner l’accès gratuit au savoir est un des piliers de notre République.

Pas de grand soir, pas de grand matin. Une politique organisée, réfléchie et efficace. Avec pour les familles la garantie d’un service de qualité maintenu et d’économies.

Avec la reprise des Trains d’Equilibre du territoire (TET) au 1er janvier 2018,  notre collectivité disposera de la totalité des leviers concernant les transports collectifs par fer et par route (hors agglomérations) et pourra donc mettre en œuvre une offre de déplacement multimodale, optimisée, proche des voyageurs, adaptée aux besoins des territoires.

Comme vous l’avez indiqué, la politique transport de notre Région répond à quelques grands principes, dont l’aménagement équilibré de notre territoire avec une solidarité renforcée pour la ruralité et l’accessibilité sociale.

Favoriser avant tout le transport collectif est une ambition que notre collectivité doit conduire. On entend bien ici et là les tentatives pour entrainer notre collectivité dans l’évolution du transport routier individuel. Il a bien été acté par la loi NOTRe que la voirie départementale demeure de la compétence ders départements. Le schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET) pourrait faire évoluer cette disposition puisqu’il est prévu par la loi que les Régions auront la possibilité de financer les itinéraires routiers d’intérêt régional et identifiés comme tels. A ma connaissance ce travail n’a pas encore eu lieu et fera l’objet de débats dans nos commissions et assemblée. Laissons le temps au temps !

En conclusion, la volonté de notre collectivité dans le cadre de la mise en place de ce réseau de mobilité axée sur l’accessibilité sociale, le dialogue renforcé avec les voyageurs et les territoires et une solidarité pour la ruralité est un gage de renforcement du service public dont nous pouvons être fiers.