Portrait Moïsette Crosnier

10 000 parrains et marraines vers l’emploi

Intervention de Moïsette Crosnier

Ce rapport fait suite à la communication présentée à notre assemblée en décembre dernier. Je m’étais déjà exprimée sur le sujet pour dire l’utilité d’un tel dispositif quand on sait que 2 placements en emploi sur 3 se font par connaissance ou candidature spontanée. Autrement dit 2 fois sur 3 ils échappent aux structures de placement.

Il faut aussi souligner que ce dispositif est un facteur de renforcement du lien social, de mixité sociale entre les générations et les catégories socio-professionnelles. Cela fait partie intégrante du développement durable et EELV soutient toutes les politiques qui vont dans ce sens.

Je me félicite des dispositions pratiques qui sont retenues dans ce rapport. La première année le recrutement sera limité à 1000 parrains. J’avais souligné en décembre que l’objectif de 10 000 parrains semblait trop ambitieux et dans sa mise en œuvre, et en regard du budget de 250 000 euros. De plus une expérimentation avant une généralisation permettra de faire une première évaluation et les nécessaires ajustements.

Il reste quelques interrogations.
Il me semble que ce dispositif va toucher 2 catégories de jeunes selon leur situation.
Les jeunes en fin de cursus scolaire ou universitaire qui n’auront pas encore fait de démarche d’inscription à pôle emploi. 
Les jeunes qui sont déjà inscrits au chômage. 
Pour les premiers, le parrainage me semble particulièrement bien adapté et va directement les aider. On peut penser qu’ils sont à la fois moins fragiles car ils auront pour la plupart un diplôme qualifiant. l’aide consiste en la rédaction d’un CV, la connaissance du marché de l’emploi, le contact avec les entreprises. Le parrain va jouer pleinement son rôle, et d’autant plus que les établissements ont presque toujours des contacts avec le monde du travail sans pouvoir jouer le rôle qui va être assigné au parrain. 
Je suis plus interrogative pour les seconds. Beaucoup sont en situation de difficulté avec des périodes d’alternance entre chômage et emploi. Ils sont découragés ou désabusés devant la crise et les perspectives très noires des prévisionnistes.  

Comme le souligne le CESER, de nombreuses structures proposent déjà des accompagnements personnalisés. Comment vont elles se coordonner?  Pôle emploi n’est nulle part cité dans le rapport. Cela veut-il dire qu’il ne sera pas associé à cette politique? Jusqu’où devons-nous aller pour palier les carences de l’État? 
Les dysfonctionnements, pointés par le conseil économique social et environnemental, 2 ans après la fusion de l’ANPE et de l’ASSEDIC, sont des facteurs aggravants pour l’exécution des missions confiées à Pôle Emploi. Force est de constater que dans ce domaine encore, le service public, et le service public de l’emploi en l’occurrence, est bien mis à mal. 

 

Session des 20 et 21 Octobre 2011
Icône fichier PDF Rapport : 10 000 parrains et marraines vers l’emploi