Portrait Jean-Philippe Grand

Bilan des aides économiques mises en oeuvre sur le territoire régional en 2014

Intervention de Jean-Philippe Grand

 

Mon intervention au nom du groupe EELV se limitera à pointer quelques dispositifs régionaux, tant ils sont nombreux et performants. Et comme le temps m’est compté, je me dois d’être concis.

Les aides aux entreprises font régulièrement débat et le rôle des collectivités peut paraître confus. Nous sommes convaincus que la Région est le meilleur échelon pour gérer une répartition juste des aides, aussi bien territorialement que par activité. La lutte acharnée que certaines agglomérations mènent pour attirer les entreprises n’a pour effet que de profiter aux chasseurs de subventions et d’écarter celles qui ont réellement besoin d’aide pour maintenir ou développer leur activité.

Le choix de notre Région de consacrer la majeure partie des aides à la recherche et au développement industriel a l’intérêt d’exercer un effet levier sur l’emploi qui est la véritable finalité de notre engagement fort en matière d’aides économiques.

La Région a également fédéré tous les organismes chargés de promouvoir l’export et accompagné les entreprises qui ont besoin d’aller chercher sur d’autres marchés le chiffre d’affaires qui leur fait cruellement défaut en France. Je tiens particulièrement à saluer l’excellente participation en 2014 des entreprises, plus de 400, au stands collectifs organisés par Centréco sur les salons internationaux.

Les 200 artisans qui ont bénéficié des CAP artisanat ont perçu une aide suffisamment conséquente pour que leur projet puisse aboutir. Il n’y a rien de pire que le saupoudrage des aides qui n’ont aucun impact sur l’avenir de l’entreprise qui les reçoit. Il nous paraît fondamental que l’effet levier des aides économiques soit avéré.

Je souhaite mettre l’accent sur l’économie sociale et solidaire et en particulier le dispositif CAP asso, dont j’ai cru comprendre que certains dans cet hémicycle allaient l’attaquer dans les mois qui viennent. Les milliers de personnes qui bénéficient d’un CAP asso, dont on peut noter au passage qu’il est connu comme un marqueur de notre majorité, seront surpris qu’on veuille remettre en cause leur action et dévouement pour faire vivre le monde associatif régional. Je peux vous dire que les associations sont très attachées à cet outil vital pour nombre d’entre elles.

La mesure « aider à la création de 10 000 emplois non délocalisables » valorise l’ensemble des actions menées conjointement avec le autres acteurs de l’emploi en Région Centre-Val de Loire. Malgré les difficultés à mesurer l’impact réel, on voit bien que l’évaluation permet d’affiner nos dispositifs et de développer ceux qui sont les plus performants.

Pour conclure, le groupe écologiste considère que les dispositifs méritent une plus grande mise en cohérence, tout en leur reconnaissant un réel impact sur l’économie régionale et sur la création d’emplois. Certains dispositifs pourraient voir leur périmètre étendu, je pense en particulier aux aides en faveur de la transition écologique de l’économie, mais les mois qui viennent seront propices à une expression autonome de notre part sur ce sujet.