Budget 2017 : prévention et promotion de la santé

Intervention d’Alix Téry-Verbe

 

Monsieur le Président, chers collègues, dans le cadre de l’égalité des chances des lycéens, de l’accompagnement éducatif et de son programme de Prévention et Promotion de la Santé en direction des lycéens et des apprentis, la Région Centre Val de Loire s’engage résolument depuis 2010 dans la prévention de la santé des jeunes.

C’est un programme aujourd’hui visible et bien identifié par les équipes de professionnels des lycées.

 

Promouvoir la santé des jeunes c’est prémunir les adultes de demain contre des pathologies chroniques évitables. Nous devons donner les clefs aux jeunes pour qu’ils puissent mener leur propre réflexion sur les choix qu’ils souhaitent faire pour leur avenir.

Le dispositif dédié spécifiquement à la promotion de la santé en faveur des jeunes lycéens et apprentis a été voté en septembre 2011. Il est doté d’un budget dédié (qui a déjà participé à l’effort collectif en passant de 500 000 € à 480 000 €). Son comité de pilotage, représentatif des acteurs, permet la mobilisation des partenaires institutionnels  : Rectorat, DRAAF, ARS, Université, Fédérations de Parents d’élèves, des Responsables d’établissements… Il est  articulé avec le schéma régional de prévention de l’ARS sous la forme d’un conventionnement pluriannuel. Il y a  également une démarche partenariale en lien avec les acteurs de terrain.

Les objectifs du dispositif sont de développer une approche globale de la santé des jeunes, de considérer les jeunes comme acteurs de la prévention et de la promotion de la santé, d’agir sur plusieurs dimensions (alimentation, conduites à risques, santé environnementale), d’inscrire les projets à l’échelle de l’établissement et de construire une politique dynamique et évolutive en lien avec les associations du territoire.

La Région Centre Val de Loire a mis en place un dispositif global.Il y a l’appel à projet (comprenant également un accompagnement méthodologique par la FRAPS), mais aussi, associés à ce premier point : la valorisation des projets (sur l’ensemble du territoire), des journées d’informations et d’échanges thématiques, la mise en réseau des acteurs, des lieux « espaces écoute », un axe contraception depuis 2013 en partenariat avec l’ARS.

Un des éléments phare du dispositif est l’appel à projet « Lycéens, apprentis, bien dans son corps, bien dans sa tête ». En 2016-2017, 88 projets (issus de 53 % des lycées publics et privés sous contrat) ont été soutenus au bénéfice de 32 000 jeunes à travers 500 actions. Une attention particulière a été portée aux projets qui mettaient en action les pairs. Un film pour soutenir ces actions et motiver de nouveaux jeunes à s’investir a d’ailleurs été réalisé cette année.

En 2017, dans le cadre du partenariat avec l’ARS sur la contraception, des kits conçus par l’association « Génération cobayes, non merci ! » seront mis à disposition des élèves pour apprendre à mener une réflexion plus large dans les choix à mener dans sa vie quotidienne sur « comment se protéger, comment protéger sa santé » : sexualité mais également déplacements, consommation, alimentation…

Les professionnels de l’éducation se sont appropriés les différents outils. Le bilan de ces dernières années est largement positif, avec :

l’augmentation du nombre de projets portés par les établissements dans le cadre du dispositif ;

la mise en synergie des équipes, des projets en articulation avec le champ pédagogique ;

une légitimation des actions inscrites dans les projets d’établissement ;

-un renforcement des partenariats (associations, structures de soin…) ;

-une amélioration du climat scolaire ressentie et de l’estime de soi des jeunes impliqués.

La programme Prévention et Promotion de la Santé est donc un pilier de la politique d’éducation portée par la Région Centre-Val de Loire. Le bilan prouve à l’évidence qu’il a vocation à le rester.

Je vous remercie de votre attention.