Centre de Pontourny

Intervention d’Alix Téry-Verbe sur le vœu présenté par le FN sur le site de Pontourny (Indre-et-Loire)

 

Nous regrettons la fermeture du centre éducatif et de formation professionnelle de Pontourny, qui accueille des mineurs isolés étrangers, qui s’explique a priori par une volonté de regrouper des moyens qui sont, nous le déplorons également, totalement insuffisant au vu du nombre de la demande croissante et des conditions insupportables que subissent ces jeunes ! Nous demandons à l’Etat un effort réel et durable pour l’accueil, l’hébergement et l’insertion de ces publics. L’Etat et l’Europe n’ont pas été à la hauteur de la crise migratoire que ce soit en matière d’accueil des migrants et du nombre de migrants accueillis sur le sol français. Nous nous devons d’investir pour l’avenir ces mineurs et jeunes majeurs en situation de très grande fragilité. Nous nous le devons au nom des valeurs humanistes que nous représentons et au nom de l’avenir de cette jeunesse qui constitue le monde demain.

Pour autant on ne peut pas y opposer le projet d’implantation d’un centre de prévention de la radicalisation. Il s’agit bien d’un centre de prévention  de la radicalisation pour un public fragile victime d’endoctrinement par la propagande de type sectaire et non une prison pour djihadistes. Il ne faut pas se tromper de terme car les mots ont un sens et une réalité. Ces jeunes sont aussi un produit de notre société, de ce que nous faisons de cette société. Ceci, nous devons l’assumer.

Le véritable risque pour le territoire du Chinonais et d’ailleurs reconnu en tant que tel, reste le risque nucléaire. Laisser entendre que les publics accueillis par le centre pourraient représenter une menace terroriste pour la centrale d’Avoine est purE démagogie. C’est prêter à ces individus – ceux qui seront accueillis – des prétentions qui dépassent largement leurs capacités d’action. Soyons sérieux, réalistes et pragmatiques sur ce sujet au risque de créer des peurs bien supérieures à la réalité du danger.

Nous voterons donc contre ce vœu.