Portrait Chantal Rebout

« Ci’T Lycées » : Collaborations et initiatives entre les territoires et les lycées

Intervention de Chantal Rebout

De même que les Parisiens demandaient à Rica, dans les lettres persannes de Montesquieu : Comment peut-on être Persan ? J’ai parfois eu l’impression depuis que j’ai porté la démarche CIT’lycées de devoir répondre à : Mais comment peut-on être Cit’lycées ? Comment peut-on prétendre ouvrir ce qui n’a pas à l’être, comment peut-on prétendre encourager et développer l’idée, les idées même de co éducation, de partage des projets, d’apprentissage à la conduite de ceux-ci, d’amplification des réseaux…. ?

 

A ce comment, je réponds ceci :

 

Aujourd’hui à Blois :

– une équipe d’incubateurs de projets a décidé d’interroger la perception par et pour les jeunes de l’espace public, comment l’occuper ? Comment le faire vivre ? Quel est le territoire d’un(e) jeune ? Comment transcender les limites des lieux qu’ils soient éducatifs, culturels, artistiques ? Comment fabriquer à plusieurs têtes et compétences du projet ?

Qui sont ces incubateurs ? lycées, ville, agglomération, BIJ, CAUE, Association de protection de l’enfance, structure d’éducation populaire, lieux de culture…

 

– Autour d’une mutualisation des instances citoyennes jeunes du territoire ; CVL, conseil des jeunes de la ville, s’initie un travail de facilitation de l’expression citoyenne en permettant aux jeunes engagés d’aider les autres à comprendre les institutions et à mettre en place des projets.

 

Aujourd’hui à Orléans – La Source ce sont 6 rencontres pour construire ensemble qui devraient jalonner les deux années à venir ; du forum de l’ESS à une résidence d’architecte, en passant par Dévoile tes sources, partenariat avec RadioCampus…

 

Aujourd’hui à La Châtre, 3 premiers projets s’articulent autour de la mobilité, de la ruralité, de la pratique artistique et culturelle. La mobilité comme levier pour donner accès aux services à des publics en difficulté, comme ressource pour faire ensemble et non plus comme frein à l’ouverture culturelle et sociale, voilà de quoi il a pu être question au cours des journées de Fabrique du Projet dans et avec le territoire. Il est intéressant de noter, sur ce territoire, la complémentarité opérationnelle avec ID en campagne.

 

Depuis mars 2012, Cit’lycées interroge la place du lycée dans son territoire, les regards des uns et des autres sur les usages, les formes de collaborations, les potentiels que plusieurs énergies rassemblées dans un même projet, pourraient développer.

 

Alors, comment avons nous rendu possibles sur les trois territoires expérimentaux, cet état d’esprit ?

Toute la démarche Cit’lycées repose sur le volontariat des établissements – dont il faut noter d’ailleurs l’appétence à candidater comme territoires futurs – et sur un partenariat constructif avec le Rectorat et la DRAF.

Le Rectorat particulièrement, œuvre à faire en sorte que les établissements souhaitant entrer dans  la démarche puissent y intégrer leur projet d’établissement et participera aux deux niveaux de gouvernance – dans les territoires et au niveau régional – de la démarche à venir.

 

Créer de véritables moments de concertation, d’échanges, sur la base de pratiques nouvelles et souples ET répondre ainsi à un véritable besoin des acteurs, quelle que soit leur domaine de compétence, constitue le premier élément positif de bilan de l’expérimentation menée.

 

Remettre le lycée au cœur des politiques régionales, en l’aidant à élargir son réseau de partenaires, en consolidant les démarches de projets, répond à notre ambition de devenir « agitateurs de territoires » et provocateurs de rencontres.