Portrait Gilles Deguet

Projet de CPER : l’eau et l’énergie

Intervention de Gilles Deguet 

 

Monsieur le président, monsieur le préfet, chers collègues, je vais aborder deux points du volet transition écologique et énergétique.

Je commence par la question des contrats de rivière. Il faut absolument saluer les efforts que vont faire à la fois les Agences de l’eau et la Région pour maintenir cette politique des contrats de rivière. Avec la somme indiquée sur le projet de CPER, je pense que nous sommes une région un peu à part sur ces politiques, je m’en félicite absolument, je pense que nous avons un rôle de pilote et que les Agences, ainsi que l’Etat, le reconnaissent largement.

C’est une politique extrêmement importante sur un sujet on ne peut plus sensible parce que les points de vue ont changé très rapidement au cours des 10 dernières années, avec des résistances de toutes sortes. Je crois pouvoir dire que nous avons réussi à mobiliser un panel très large sur des politiques tout à fait audacieuses. C’est vraiment bien que la Région ait décidé qu’elles puissent se poursuivre. Je veux dire aussi par ailleurs que le maillage très serré du territoire par ces contrats va probablement permettre aux communes et aux EPCI d’aborder la question de la fameuse compétence « milieux aquatiques » de façon très détendue et avec une réelle efficacité. Ce sera peut-être effectivement un tout petit peu plus compliqué pour la compétence « prévention des inondations » mais nous savons que nous aurons à en parler ultérieurement.

J’en viens à la question de l’efficacité énergétique, de l’économie circulaire et des déchets. Je ne vais pas mentir : nous ne sommes pas encore sur le vrai boom que nous souhaitons tous sur la rénovation thermique des bâtiments. Nous en sommes à peu près à un tiers de l’objectif et il y a encore un très gros effort à faire pour aller au-delà. Pour autant, je veux ici me féliciter que nous ayons les moyens de continuer le très patient travail d’accumulation des compétences qui est absolument porteur d’avenir et qui nous permettra d’aborder la transition énergétique.

Je me réjouis donc que l’ADEME puisse contractualiser avec nous dans des conditions très comparables à la précédente contractualisation, et avec même une légère augmentation, je me félicite du travail commun que nous avons eu avec l’ADEME. La question du budget de l’ADEME au niveau national est extrêmement sensible, permettez-moi d’ailleurs de rendre hommage à une ancienne Ministre de l’Ecologie qui a quand même perdu son poste pour avoir protesté contre la baisse du budget de l’ADEME…

Juste un bémol, pour que cette contractualisation continue d’avoir du sens, il importe que le gouvernement ne charge pas en permanence la barque de l’ADEME avec des politiques de toutes sortes. Cette contractualisation régionale doit se faire sur des objectifs régionaux sans être perturbée par d’autres éléments.