Expérimentation de budgets participatifs dans des lycées et des CFA

Intervention d’Estelle Cochard

 

La démocratie participative aide à mieux « vivre ensemble » et à « faire société », c’est un élément essentiel pour construire le monde de demain basé sur davantage de justice sociale, économique et environnementale. Elle permet d’améliorer la pertinence et l’efficacité de l’action publique en prenant mieux en compte les besoins, les aspirations des citoyens, et en étant davantage à l’écoute des potentiels d’initiatives.

Des mises en œuvre concrètes : la rénovation de la Conférence Régionale des Jeunes et le budget participatif dans 6 lycées et 2 CFA de la région.

Permettre la réussite de ses lycéens est une des ambitions majeures de la Région. C’est leur donner l’opportunité d’étudier dans les meilleures conditions possibles. pour aider ses élèves à mieux vivre et étudier au sein de leur établissement. Grand projet de démocratie participative, ce sont les élèves eux-mêmes qui sont impliqués dans les projets d’équipement et de rénovation de leur lycée.

Son enjeu est d’engendrer une large participation de toute la communauté éducative, à la fois les lycéens et aussi les parents d’élèves, les enseignants, les personnels techniques et administratifs.

Les projets représentent un vaste travail d’association entre ces différents acteurs.

Pour les lycéens, le BPL est un moyen de s’éduquer à la citoyenneté, de participer activement à la qualité de vie dans leur établissement.

Un des enjeux est aussi d’améliorer l’efficacité de l’action publique.

Il donne un pouvoir décisionnel réel aux participants.

Quels sont les retours des premières expérimentations dans d’autres régions ? En Région Poitou-Charentes par exemple, les évaluations menées montrent que la satisfaction des participants est particulièrement élevée. Le débat collectif permet d’entendre et de mieux comprendre les points de vue de chaque catégorie. Instaurant un espace de parole nettement plus égalitaire que celui des conseils d’établissement classiques, le Budget participatif acquiert un caractère pédagogique souligné par les personnes engagées dans la démarche, parce qu’elle constitue une forme d’apprentissage de la citoyenneté active et qu’elle facilite une meilleure compréhension des mécanismes de la décision publique. Parallèlement, l’institution régionale acquiert une meilleure visibilité au sein des établissements, contribuant à combattre le sentiment d’abandon des citoyens par le politique.

Un nombre croissant de budgets participatifs ont été mis en place dans le monde, dont une soixantaine en Europe. L’expérience de Porto Alegre constitue la figure de proue de ce mouvement. Si elle a pu séduire des acteurs très divers allant des mouvements altermondialistes à la banque mondiale, c’est qu’elle a su coupler un certain nombre d’ingrédients : empowerment des couches populaires et modernisation de la gestion publique, lutte contre le clientélisme et utilisation de la participation au service de la justice sociale, idéal de transformation politique et dispositif concret susceptible d’être adapté pour d’autres contextes.