Image communiqué de presse

Face au « tout LGV », les élus régionaux écologistes de Poitou-Charentes, du Limousin et du Centre défendent le POLT et le réseau « cœur de France »

20 Février 2013

Le courrier adressé le 25 janvier 2013 par le directeur général des infrastructures du Ministère de l’Écologie aux membres du comité des financeurs des études de la ligne ferroviaire à grande vitesse Poitiers-Limoges est extrêmement préoccupant pour l’avenir de la ligne POLT (Paris-Orléans-Limoges-Toulouse) : afin de « maximiser les circulations » sur le projet de LGV, Réseau ferre de France propose en effet de réduire les services sur l’axe POLT en passant de sept allers-retours par jour dans le précédent projet à seulement quatre, contre onze allers-retours dans la configuration actuelle.

Une telle hypothèse est proprement scandaleuse : il s’agit de sacrifier un service existant et utile pour répondre au manque de pertinence économique d’un projet inutile.

L’horizon du POLT a déjà été assombri il y a 10 ans par le Gouvernement de Jean-Pierre Raffarin qui a défendu à la place une ligne à grande vitesse entre Poitiers et Limoges.  Ce projet aberrant serait désastreux non seulement pour l’environnement, mais aussi pour l’aménagement du territoire : Limoges serait relié à la LGV Paris-Tours-Bordeaux mais le reste du Limousin, ainsi que l’Indre au nord et le Lot au sud seraient délaissés, car la ligne POLT ne serait plus qu’une ligne « résiduelle ».

En installant, en octobre dernier, la commission « Mobilité 21 » chargée de faire le tri dans les trop nombreux projets inscrits dans le SNIT (Schéma National des Infrastructures de Transport), le Ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, a demandé de prendre en compte « la priorité que le Gouvernement entend donner aux transports du quotidien et à la rénovation des réseaux existants ». 

Afin que cette priorité devienne une réalité :
•    Sur Poitiers-Limoges, il faut  améliorer la desserte TER, la renforcer et la rendre plus efficace en terme de temps de parcours et créer une véritable intermodalité. Poitou-Charentes et Limousin doivent la construire avec l’ensemble des acteurs de la mobilité et les différentes autorités organisatrices des transports afin d’optimiser la mobilité sur nos  territoires ;
•    Sur la ligne POLT, il faut investir dans la modernisation afin de mettre Limoges à 2h20 de Paris (et Châteauroux à 1h30 de Paris) : c’est possible sans LGV !
•    Il est temps d’en finir avec le « tout LGV » : ni la LGV Poitiers-Limoges (qui coûterait 2,5 milliards d’euros) ni une LGV de 500 kilomètres Paris-Orléans-Clermont-Lyon (au moins 15 milliards d’euros) ne sont des projets de notre époque ;
•    Pour 3 fois moins cher, les élus écologistes proposent une modernisation conséquente de l’ensemble du réseau « cœur de France » capable de rendre un service ferroviaire plus efficace en maintenant des prix raisonnables pour les voyageurs !

Françoise Coutant,
Porte-parole du groupe EELV au Conseil régional de Poitou-Charentes
Présidente de la commission transports, équipement et infrastructures

Marc Horvat,
Président du groupe EELV au Conseil régional du Limousin

Jean Delavergne,
Président du groupe EELV au Conseil régional du Centre