Portrait Michelle Rivet

FEADER

Intervention de Michelle Rivet

Cette communication est l’occasion d’un bilan de la  programmation 2014/2020 du FEADER, d’un point d’étape dans la perspective de la prochaine PAC 2023/2027 si importante dans notre région agricole et pour l’agriculture en général. Mais son premier intérêt réside  dans l’enveloppe consacrée aux deux années de transition (2021-2022) qui est abondée par un plan de relance spécifique du FEADER, « Next Generation EU », doté de 7,5 milliards d’euros. Je ne reprendrai pas tous les éléments de la communication mais insisterai sur quelques points.

D’abord sur la partie agricole du Feader, soit 80% de l’enveloppe :

En premier point je soulignerai la proportion de l’enveloppe consacrée à la transition écologique de l’agriculture : la communication nous indique 63%, mais ce taux inclut l’Indemnité Compensatoire de Handicap Naturel (ICHN), qui est vitale pour les éleveurs en territoire difficile mais qui n’intervient pas dans leurs  pratiques. En réalité, seulement  28% est mobilisé pour les mesures agro environnementales et l’agriculture bio, et ce sera la même proportion en 2021 et 2022. Au regard du retard de l’agriculture régionale l’agroécologie mériterait plus d’engagement .

Deuxième point: certaines mesures restent contradictoires avec les objectifs de verdissement de l’agriculture: ainsi nous dénonçons les bonficiations accordées aux constructions de bâtiments industriels de porcs ou volailles dans les investissements.

Troisième point : nous nous réjouissons ceopendant des possibilités offertes par cette enveloppe pour l’agriculture biologique. Rappelons le retard  de notre région, malgré le dynamisme actuel des conversions, avec 3,62% de SAU bio en 2019 alors que l’objectif du SRADDET est de 15% en 2030 ! Après les difficultés connues sur le financement de l’agriculture biologique , les moyens déployés doivent s’intensifier et être en phase avec les politiques régionales du plan bio.

Une politique agricole revisitée est la condition indispensable pour assurer l’alimentation de demain telle que la réclament les consommateurs: Christelle de Crémiers reviendra sur cette question et sur les PAT.

Je m’arrêterai enfin sur le développement rural qui a mobilisé 15% de l’enveloppe, avec notamment des mesures en faveur des maisons de santé ou du déploiement de la fibre qui ont été entièrement consommées et qui se retrouveront désormais dans le FEDER.

Notre Région a fait  un choix fort en étendant le dispositif LEADER à la quasi totalité de son terrritoire en 2015 avec 23M€ attribués. Il faut souligner l’adhésion des territoires qui ont plébiscité la gestion régionale lors des réunions de bilan  même si certains d’entre eux moins expérimentés dans le dispositif accusent du retard .

Ce programme est une opportunité pour les territoires ruraux qui manquent cruellement de moyens humains. Il vient en echo avec le dispositif régional A vos ID et l’abondement de son enveloppe est une bonne nouvelle.

Je concluerai sur deux remarques préoccupantes pour les écologistes :

– Les réunions de bilan démontrent la pertinence de la gestion régionale ce qui souligne l’iniquité de la décision gouvernementale de reprise en main d’une partie du FEADER.

– L’après 2022  inspire beaucoup d’ inquiétude avec la baisse annoncée du FEADER, et des orientations de la nouvelle PAC pour le moment peu conformes avec le Pacte Vert voté par l’Unio européenne.