Formation des demandeurs d’emploi

Intervention de Gérard Nicaud

 

Monsieur le président, chers collègues, mesdames, messieurs, l’expérimentation sur laquelle notre Région s’est très vite engagée et impliquée est à souligner et notre groupe y est favorable.

Je ne reviendrais pas sur les éléments et propos que vous a présenté Charles Fournier, mais je souhaitais attirer l’attention de notre assemblée sur les attentes fortes des demandeurs d’emplois et des employeurs suite aux annonces faites au niveau du gouvernement et par les élus de la région.

Dans ce type de mesures, d’aucuns souhaiteraient un effet visible rapidement. Mais la nouvelle organisation présentée tant dans la détection des besoins que de la mise en formation, modifie des méthodes de travail, notamment par un renforcement des relations entre les Services de l’Etat (Pôle emploi, Education nationale) et ceux de la Région.

Mais malgré les volontés exprimées et les engagements pris, malgré les outils existants, n’imaginons pas que l’ensemble de ces mesures résoudra en quelques semaines un mal qui ronge notre société depuis plus de plus de quarante ans, et ce depuis les chocs pétroliers des années 70. Le taux de chômage dépasse les 10 % depuis de nombreuses années, avec un taux particulièrement élevés chez les jeunes qui au sortir de leur cursus scolaire sont sans emploi.

En effet, des « Cordées du territoire » que vous avez mise en place et organisées par bassins de vie, Monsieur le président, dont les dernières auront lieu dans les prochains jours, sont riches de témoignages et d’échanges. Pour avoir participé à plusieurs d’entre elles, ressortent des aspects qui ne devraient pas nous être inconnus :

  • Image de certains métiers dans lesquels ni les parents, ni les jeunes et les demandeurs d’emploi ne souhaitent s’engager : mécanique, chaudronnerie, agriculture,
  • Image et attractivité des territoires,
  • Mobilité tant dans le territoire que sur la Région avec de grosses déficiences de transport dans les départements,
  • Orientation des jeunes en fin de scolarité collège.

Autre point important qui me paraît devoir être pris en compte : alors que différentes réformes ont eu lieu à Pôle emploi, ce service essentiel de l’Etat sera-t-il en mesure de répondre à cette nouvelle orientation et à ces nouvelles exigences ?

Et qu’en est-il des services de la Région, déjà très sollicités, dont les compétences sont louées, et dont il est à souhaiter que la nouvelle politique d’achats des formations ne vienne pas léser l’efficacité, par des effets de calendrier et de l’urgence du plan. Nous avons bien noté qu’au niveau de la région Centre Val de Loire, c’est pour l’année 2016, près de 12 000 entrées supplémentaires en formation, dont 4 000 directement par la Région, les autres par Pôle Emploi.

Enfin, autre point qui mérite notre attention : la capacité des organismes de formation à répondre aux besoins de formation. Les dispositifs d’évaluation prendront là toute leur pertinence.

Il ne s’agit pas de faire du chiffre ! Notre groupe s’engagera à vos côtés, monsieur le président, pour des mesures de retour à des emplois durables.