Personnels soignants et aides à domicile, des métiers en première ligne

Commençons par rendre hommage aux personnels soignants qui donnent leur vie, leur santé pour accompagner les malades. Rendons hommage au service public hospitalier qui, malmené depuis des décennies, est en première ligne dans cette lutte contre la propagation du virus. Rendons hommage à l’ensemble des personnels soignants et aidants qui accompagnent les plus dépendants, par devoir et par humanité. Cela nous rappelle à quel point les services publics, les secteurs du soin, de l’aide, sont essentiels à nos vies. Ce sont eux qui vont nous permettre de gagner le combat. Puissent les leçons de cette tragédie être tirées et les exigences des personnels en lutte depuis des mois satisfaites.

Dans la catégorie des gens en contact direct avec des malades ou des personnes dépendantes, on retrouve bien sûr les infirmières et les infirmiers, avec cette situation impensable pour un pays comme le nôtre : le manque de matériel de protection, en particulier de masques et de gel hydro-alcoolique. On retrouve également un métier essentiel au quotidien d’environ 160 000 ménages aujourd’hui en région : les aides à domiciles. Le vieillissement de la population durant les dix prochaines années va augmenter les besoins, tant pour les usagers que pour les travailleurs. Outre l’urgence sanitaire qui induit un besoin de matériel de protection important pour ne pas contaminer les personnes dépendantes, il y a sur le long terme la nécessité de déprécariser ses métiers majoritairement assurés par des femmes, avec son lot de travail partiel, mal rémunéré et en horaires souvent décalés. 

Les aides à domiciles accompagnent les personnes dans la réalisation de des activités quotidiennes (aider à la toilette, à l’habillage, au déshabillage…) et au niveau des tâches domestiques (entretien du logement, du linge, de courses, préparation des repas, démarches administratives…). Plus important, plus intime, elles et ils assistent les personnes pour les actes qui concernent l’hygiène corporelle, le ménage, l’alimentation, des actions essentielles à une vie digne même en période de perturbation.

Pour conclure notre rubrique « héros du quotidien », nous vous proposons le témoignage de Françoise L, trésorière d’une ADMR en Indre-et-Loire, qui force notre admiration : « Ce soir, seule, dans le silence de ma rue, j’ai applaudi pour remercier les professionnels de santé et aussi les aides a domicile. Trésorière dans une ADMR du 37 (aide à domicile en milieu rural ) depuis plus de 15 ans, je vois régulièrement au bureau les auxiliaires de vie et aides à domicile. Elles sont une quarantaine sur le canton pour s’occuper de plus de 175 personnes fragiles, par leur santé, leur âge ou leur handicap. Elles interviennent à leur domicile pour faire les courses, préparer les repas, donner à manger, mais aussi faire des toilettes, faire des transferts de lits à fauteuils. Sans leur intervention, ces personnes aidées iraient sûrement en EHPAD. Elles sont indispensables à leur maintien à domicile. Depuis cette semaine, pour circuler, elles ont dû se munir en plus du formulaire officiel de dérogation, de leur planning et d’une attestation spéciale signée de la directrice de la fédération à Tours (car plusieurs ont été menacées de l’amende de 135 € sur le département)… Toutes continuent de travailler, malgré les risques du virus. Bien sûr, nous leur fournissons des boîtes de gants à usage unique, mais les MASQUES ? L’arlésienne… Conseil départemental et ARS les promettent depuis 8 jours, nous en avons récupéré grâce à des dons de particuliers, d’infirmiers, de médecins et d’un généreux donateur qui en a trouvé 1000 dans un carton et les a partagés entre l’ASSAD et l’ADMR : beau geste de solidarité. Alors, en attendant l’arrivée des cartons officiels, je lance un appel à dons de masques, car il est probable qu’’l en reste dans les greniers ou sous-sols des mairies, bureaux, entreprises, ces masques stockés lors de l’épidémie H1N1  et oubliés… Merci d’avance si vous pouvez nous aider et assurer la sécurité des aides à domicile. » 

Liens vers des articles sur les aides à la personne dans le contexte de l’épidémie et du confinement :

Infirmières à domicile, auxiliaires de vie… l’aide aux personnes âgées fait face au coronavirus (France 3 Centre-Val de Loire). Comme partout en France, les aides et soins à domicile doivent s’adapter à l’épidémie de Covid-19 en Centre-Val de Loire. Entre consignes d’hygiène et fond de peur, comment protéger les personnes âgées, particulièrement fragiles à la maladie.

En Sologne, les aides à domicile sont le bouclier des seniors confinés (Mediapart). Les visites sont interdites dans les Ehpad en raison du coronavirus. Quant aux seniors vulnérables confinés chez eux, leur santé dépend de la vigilance des aides à domicile. Reportage en Sologne.

Aide à la personne et coronavirus (blog de Mediapart). Les aides à la personne sont oubliées dans les mesures prises par rapport à l’épidémie de Coronavirus.

Coronavirus : « Aide à domicile, j’ai décidé d’exercer mon droit de retrait » (Libération). Par peur pour sa santé et devant les atermoiements de son employeur, Martine a cessé le travail.

Coronavirus : « Les aides à domicile sont-elles prioritaires pour recevoir des masques ? » (Le Parisien). Une internaute se demande pourquoi les aides à domicile, souvent au contact de personnes âgées, ne sont pas prioritaires sur l’obtention de masques au même titre que les médecins.

Confinés dans les Ehpad à cause du coronavirus, le dur quotidien des plus vieux (Reporterre). Le nombre de personnes touchées par le coronavirus dans les maisons de retraite et les Ehpad augmente chaque jour. Pour tenter d’endiguer l’épidémie, le gouvernement a interdit les visites : le coup est rude pour les plus âgés, confinés et donc isolés. Mais il y a des alternatives à l’institutionnalisation des plus vieux.