Il faut suspendre l’utilisation du prosulfocarbe

La Direction Générale de l’Alimentation (DGAL) du Ministère de l’Agriculture a publié le 18 novembre dernier les résultats de contrôles menés en 2019 et recherchant particulièrement le prosulfocarbe, herbicide utilisé en agriculture industrielle, notamment par des producteurs de céréales et de pommes de terre, qui est retrouvé régulièrement sur des cultures pour lesquelles il n’est pas autorisé.

Les résultats sont inquiétants : ils indiquent que près de 30 % des analyses (11 prélèvements sur 37) menées sur des fines herbes n’étaient pas conformes à la règlementation en matière de produits phytosanitaires. Ces contrôles ciblés prouvent que le prosulfocarbe, produit extrêmement volatil, continue à occasionner des pollutions et contaminations sur les cultures avoisinantes. En Centre-Val de Loire, la présence dans l’air du prosulfocarbe a été régulièrement mesurée en automne par Lig’Air dans les zones céréalières et des contaminations de récolte sont avérées (dont une récolte bio saisie).

Ces constats répétés avaient conduit l’Anses à durcir en octobre 2017 les conditions d’épandage et d’homologation de ce produit. Mais les contaminations se sont poursuivies. En juillet 2019, interrogé par le sénateur écologiste Joël Labbé sur des contaminations de pommiers à cidre, le ministre Didier Guillaume reconnaissait la situation et avançait de nouvelles dispositions. Manifestement, elles sont insuffisantes.

Les écologistes alertent une nouvelle fois sur les problèmes engendrés par le prosulfocarbe : sa diffusion dans l’air sur de grandes distances et sa présence dans des produits non traités en font un enjeu fort de santé publique. Il n’est pas acceptable que les contaminations aériennes mettent en péril l’activité de producteurs qui n’utilisent pas le prosulfocarbe, en particulier ceux qui sont en agriculture biologique.

Le groupe écologiste au Conseil régional Centre-Val de Loire demande donc la suspension de l’autorisation du prosulfocarbe.

Charles Fournier, porte-parole du groupe écologiste

Benoît Faucheux, président du groupe écologiste