Image communiqué de presse

Les élus écologistes dénoncent l’orientation de l’État vis-à-vis des Missions Locales

14 Juin 2011

A l’occasion de la commission permanente du 10 juin 2011, les élus écologistes ont dénoncé l’orientation prise par l’État à l’égard des Missions Locales. Nous assistons en effet à une remise en cause du travail d’écoute et d’accompagnement global des jeunes réalisé jusqu’ici. Ce qui est en cause, c’est la capacité de notre société et de ses pouvoirs publics à prendre en compte les jeunes adultes afin de leur permettre d’accéder à l’autonomie professionnelle et personnelle. 

Cette orientation dangereuse s’illustre à travers la circulaire DGEFP du 19 janvier 2011, relative « aux mesures en faveur de l’insertion professionnelle des jeunes », qui modifie en profondeur les conditions de conventionnement des missions locales : 

– Elle concentre les moyens sur les jeunes inscrits dans des dispositifs nationaux (CIVIS, PPAE) alors que ceux-ci ne représentent que 25% des jeunes actuellement accompagnés. 
– En consacrant son évaluation aux seuls critères d’accès à l’emploi, elle ne reconnaît plus l’approche globale de l’accompagnement et la nécessité d’agir aussi pour l’insertion sociale et l’épanouissement citoyen des jeunes, qui a prévalu à la création et au développement des missions locales. 
– Elle indexe les financements sur les résultats obtenus en matière de placement dans l’emploi, notamment « durable », contraignant ainsi les Missions Locales à centrer leur action en direction des jeunes les plus proches de l’emploi au détriment des plus fragilisés. Ce faisant, elle place les équipes des structures devant une injonction quasi paradoxale à l’heure où le marché du travail des jeunes est plus précarisé que jamais. 
– Elle installe une véritable précarisation financière du réseau, avec des conventions financières annuelles et non plus triennales. 

Nous soutenons l’Union Nationale des Missions Locales dans son exigence d’un moratoire de cette circulaire et défendons le sens de la mission de service public confiée jusqu’ici aux Missions Locales : agir sur tous les leviers de l’insertion sociale et professionnelle pour tous les jeunes. 

Face à cette remise en cause du financement et de l’action partagée avec les autres financeurs du réseau qui permet une action globale et de proximité en faveur des jeunes, nous sommes satisfaits que le conseil régional du Centre maintienne, lui, un soutien actif aux Missions Locales. 

Charles FOURNIER, Conseiller régional du Centre, Président du GIP Alfa Centre 
Saadika HARCHI, Conseillère régional du Centre, Présidente de la commission Apprentissage-Insertion-Formation professionnelle