Ligne à grande vitesse Poitiers-Limoges : un projet inutile !

Le vendredi 15 avril, le Conseil d’Etat a annulé le décret par lequel le Premier Ministre avait, en janvier 2015, déclaré « d’utilité publique » et « urgents » les travaux nécessaires à la réalisation d’une ligne ferroviaire à grande vitesse reliant Poitiers à Limoges. Outre que l’évaluation économique et sociale, obligatoire pour ce type de projets, « présentait des insuffisances qui avaient été de nature à vicier la procédure d’adoption du décret », le Conseil d’Etat a estimé que « les inconvénients du projet l’emportent sur les avantages ».

Le groupe écologiste au Conseil régional Centre-Val de Loire, qui s’oppose depuis des années à la LGV Poitiers-Limoges, se réjouit de la décision du Conseil d’Etat qui s’appuie sur les arguments des opposants à ce grand projet inutile, notamment lorsqu’il considère que « la mise en œuvre du projet aurait pour effet un report massif de voyageurs de la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse vers la ligne à grande vitesse ; cela aurait impliqué une diminution du trafic sur cette ligne et donc une dégradation de la desserte des territoires situés entre Orléans et Limoges ».

Rappelons qu’en janvier 2013, le directeur général des infrastructures du Ministère de l’Ecologie proposait de réduire le niveau de service sur l’axe POLT afin de « maximiser les circulations » sur le projet de LGV Poitiers-Limoges ! Limoges aurait été relié à la LGV Paris-Tours-Bordeaux mais le reste du Limousin et l’Indre auraient été délaissés. La ligne POLT ne serait plus à l’avenir qu’une ligne résiduelle, où ne circuleraient plus que des TER Orléans-Châteauroux, Limoges-Brive, etc.

Nous refusons de participer d’une quelconque manière à la poursuite de la mystification orchestrée depuis des années autour des projets de lignes à grande vitesse telles que Poitiers-Limoges ou Paris-Orléans-Clermont-Lyon (POCL), alors que l’heure doit être à la sauvegarde des trains du quotidien et à la modernisation du réseau ferroviaire existant, en particulier sur la ligne structurante qu’est le POLT. En cherchant à croiser les approches et les problématiques propres à chaque territoire, les élus écologistes des Conseils régionaux concernés ont élaboré une alternative interrégionale commune à ces deux projets de LGV. Elle se base sur 3 axes structurants du réseau existant, notamment le POLT, tout en envisageant des infrastructures nouvelles là où elles sont nécessaires. Cela coûterait 3 fois moins que l’addition des projets de LGV POCL et Poitiers-Limoges.

L’élaboration de cette alternative interrégionale par les écologistes a permis de définir un concept nouveau pour les déplacements moyenne-longue distance dans le « Coeur de France » et qui est en train d’être étudié dans d’autres parties de l’Hexagone : le Train à Haut Niveau de Service (THNS) qui concilierait rapidité, maillage des territoires, fiabilité, confort, accessibilité financière. Le scénario issu de cette étude est présenté sur le site internet www.destrainspourtous.fr

L’annulation de la déclaration d’utilité publique de la LGV Poitiers-Limoges ne doit pas seulement porter un coup d’arrêt à ce projet, elle doit constituer une étape vers une autre vision du ferroviaire. En optimisant à court terme l’infrastructure, le matériel roulant et l’organisation des dessertes, il est possible concrètement de mettre Limoges à 2h20 de Paris et Châteauroux à 1h30.

Charles Fournier, président du groupe écologiste

Gérard Nicaud, conseiller régional élu dans l’Indre