Portrait Chantal Rebout

« Manger sain, manger proche » : la restauration scolaire

 Intervention de Chantal Rebout

Monsieur le président, Mesdames et Messieurs, je voudrais profiter de cette communication pour attirer votre attention sur la restauration scolaire dans notre région. En effet, il ne vous a pas échappé que l’une des orientations de la mesure « Manger sain, manger proche » portait sur « le développement de produits locaux dans la restauration scolaire ».

Un petit rappel chiffré pour commencer. La restauration scolaire de  la Région Centre, c’est dans 100 lycées, plus de 9 millions de repas servis à plus de 60 000 convives. Pour cela, plus de 18 millions d’euros d’achats de denrées sont dépensés. Les chiffres peuvent manquer de poésie, mais ils révèlent ici l’ampleur de l’investissement nécessaire à cette responsabilité régionale qu’est la restauration en lycées.

Si « Manger sain, manger proche » se présente comme une nouvelle mesure de cette mandature, l’effort porté en direction de la restauration scolaire dans les lycées a pris un élan il y a plus de deux ans par l’instauration d’une charte intitulée Self O Centre, véritable engagement réciproque des établissements signataires et de notre collectivité pour faire des pauses repas des lycéens un moment réel de bien être, de convivialité, d’apprentissage du bien manger, de découverte de produits alimentaires variés, qui composent des repas équilibrés.

A ce jour, plus de 50 établissements ont adhéré à la démarche Self O Centre, nous ne pouvons que nous réjouir du succès de ce dispositif car au-delà de l’acte symbolique, il révèle la préoccupation de la communauté éducative quant à l’alimentation des jeunes dont elle a la charge.

Or, cette préoccupation rejoint celle d’une majorité de consommateurs, comment manger équilibré, varié, dans un budget raisonnable, en respectant la saisonnalité des produits, en garantissant leur qualité gustative et nutritionnelle et en faisant en sorte que cet acte de consommation quotidienne soit aussi un acte de solidarité, un acte de santé publique, un acte citoyen ?

Un acte citoyen car tout acte de consommation engage notre responsabilité, envers l’équilibre de notre planète, envers une économie locale de producteurs, éleveurs, artisans, envers une agriculture respectueuse de la terre qui la porte et de l’humain qui la consomme. En ce sens, la plate forme d’achats Self Bio Centre peut devenir un outil d’aide au passage à l’acte pour les lycées.

Il est intéressant de constater que la réflexion sur la proximité de la production agricole amène systématiquement à la volonté de consommer aussi du bio ! Il est non moins intéressant de remarquer que 68% des établissements labellisés Self O Centre consomment de manière régulière des produits issus de l’agriculture bio.

Un acte de santé publique et je reviens ici à la préconisation Manger Sain, manger proche. Car que signifie manger sain, que signifie manger équilibré, manger 5 fruits et légumes par jour, si l’on ne peut garantir à court terme, aux jeunes et à leurs familles, que ces aliments sont exempts de produits notoirement nocifs pour la santé ?

Nous sommes face à un défi, celui de reconnaître enfin la primauté de la qualité sur la quantité, celui de reconnaître la nécessaire conversion des pratiques agricoles productivistes qui, depuis des décennies, polluent nos terres jusqu’aux nappes phréatiques et empoisonnent nos organismes. Celui aussi et non des moindres, d’assumer nos responsabilités pour la santé des générations à venir. 
Et l’un des moyens de reconnaître et de promouvoir ce changement réside surement dans le développement d’une restauration collective qui fasse le lien entre proximité, santé et qualité.

Imposons-nous cette exigence et donnons-nous les moyens d’y arriver, si nous ne voulons pas que demain, nos enfants nous accusent…

 

Session du 17 Février 2011
Icône fichier PDF 

Communication : Manger sain, manger proche