Portrait Jean-Philippe Grand

Mise en oeuvre de l’Agenda 21 régional

Intervention de Jean-Philippe Grand



Le grand mérite d’un Agenda 21 est de poser clairement les grands enjeux économiques, sociaux et environnementaux sur un territoire donné. Notre Agenda 21 régional, voté dès 2008, donne lieu aujourd’hui a un bilan et à plusieurs axes d’amélioration. Il est en effet fondamental de revoir régulièrement les actions, de les évaluer et d’apporter les modifications toujours nécessaires. Un agenda 21 n’est surtout pas un document figé mais bien un texte évolutif qui doit coller au plus près aux aspirations concrètes de la population. Je citerai en exemple l’adoption du Plan Climat Energie régional qui va permettre d’engager, par exemple, des actions en faveur de l’isolation des logements ce qui, je le pense sincèrement, est un enjeu majeur des prochaines années. 

Plus compliquée, la préservation de la biodiversité trouve également des réponses dans notre agenda 21. Le plus impressionnant est sans conteste l’amélioration de la qualité de l’eau. Permettez-moi de vous dire à ce propos que lorsque les usagers participent symboliquement et financent la préservation du milieu et de la ressource, les résultats sont probants. Le même type de mesure pourrait être prise pour la préservation de la faune et de la flore pour un montant tout aussi symbolique mais pour un résultat qui serait certainement tout aussi efficace. 

Un autre axe qui me tient à coeur est celui de la consommation responsable. La structuration des filières est l’enjeu majeur qui permettra non seulement de préserver les emplois d’aujourd’hui mais également de créer ceux de demain. Les Contrats d’Appui aux Entreprises, plus de 600 signés à ce jour, permettent de sécuriser et de renforcer la capacité des entreprises à se développer. La SCIC (Société Coopérative d’Intérêt Collectif) Selfbio-Centre permettra de servir plusieurs millions de repas dans nos lycées et écoles de notre Région dans les années à venir et par voie de conséquence, augmentera fortement la production maraîchère et céréalière bio en Région Centre. 

Ce sont des milliers d’emplois qui seront ainsi créés tout en améliorant la santé de nos enfants. Je le redis aujourd’hui mais je suis intimement convaincu que la transformation écologique de l’économie est LA voie qui nous permettra de sauver notre économie toute entière. Et cela vaut pour l’industrie qui, si elle sait transformer son offre, et là encore la Région y participe activement via, par exemple, le CAP Recherche et Développement, non seulement survivra mais relocalisera une part de notre économie. Enfin, les atouts touristiques de la Région que sont nos châteaux de la Loire sont renforcés par la mise en place de la Loire à Vélo qui non seulement a permis à plus de 700 000 cyclistes d’emprunter cet itinéraire l’an dernier, mais à également eu un impact économique non négligeable pour les acteurs de l’hôtellerie et de la restauration en particulier.

Toutefois, il y a des marges d’amélioration et il est heureux que le document présenté aujourd’hui propose une adaptation majeure qui est la prise en compte des trois piliers du développement durable ensemble et non pas séparément. Tout est lié et chaque action impacte tout autant l’environnement que l’économie ou le social. Décider que le développement durable doit être pris en compte dès la conception des politiques régionales est également une décision capitale qui permettra de dégager des points forts et points faibles et de remédier aux problèmes soulevés.

Un agenda 21 évolue constamment, savoir évaluer son impact et le modifier au fil de l’eau est un gage d’efficacité. La communication que vous nous faites aujourd’hui permettra, j’en suis sûr, de faire vivre notre agenda 21.

Je vous remercie.

 

Session des 20 et 21 Octobre 2011
Icône fichier PDF 

Communication sur la mise en œuvre de l’Agenda 21