Implantation d’un nouveau lycée en Eure-et-Loir

Intervention d’Estelle Cochard

Monsieur le Président, Madame la Vice-Présidente, comme l’a déjà dit Charles Fournier, nous soutenons les choix de localisation opérés car, en raison des effectifs lycéens dans les franges franciliennes et dans l’Est orléanais, ils prennent toute leur pertinence.

Je souhaite vous répondre à propos de Hanches, Madame Boisgérault. C’est une localisation à côté d’Épernon en Eure-et-Loir qui concerne deux agglomérations. Les effectifs sont en très grande hausse dans le bassin drouais et dans le bassin chartrain et la localisation de Hanches est suffisamment centrale pour concerner les deux. On peut en tenir compte dans la pertinence des choix.

J’ai aussi été étonnée d’entendre que c’était une improvisation. Nous avons eu de l’information, une étude et une méthodologie qui ont été extrêmement partagées dans le cadre de la commission. Je ne vois pas en quoi l’improvisation est recevable dans ce que vous avez dit, Monsieur Montillot.

Les choix sont pertinents en raison de la localisation hors des agglomérations, qui sont ainsi soit totalement soit partiellement désengorgées. De plus, ce sont des territoires pour lesquels un lycée est un véritable équipement structurant. Ces projets leur permettent de passer du résidentiel, avec de l’activité économique, à un véritable territoire de vie et sont impliquants pour les territoires et les élus.

Nous, conseillers régionaux, constatons très concrètement dans les conseils d’administration qu’il devient extrêmement difficile de pousser les murs et nous avons enfin des décisions. Je ne vois pas, là non plus, en quoi il y a improvisation. Par ailleurs, les temps de trajet pour les lycéens sont largement raccourcis, cela a déjà été dit.

La réussite ne pèsera pas uniquement sur la Région en la matière mais sur l’implication des territoires, des acteurs éducatifs, des élus locaux et des acteurs économiques à accueillir ces projets et les faire vivre pour la réussite des lycéens concernés.

Vous l’avez dit, Monsieur le Président, cela ne réglera pas tout mais c’est déjà un pas important que la Région propose dans ce rapport de procédure d’urgence.