Nouvelles compétences régionales en matière d’orientation

Intervention d’Estelle Cochard

Monsieur le Président, chers collègues,

Voici une communication très attendue depuis le 5 sept 2018, date de promulgation de la loi « Pour la liberté son avenir professionnel ». En effet il s’exprimait dans les milieux de l’orientation des inquiétudes sur la capacité des Régions à assurer un service public de qualité et d’en assumer ses principes fondamentaux que sont la gratuité, l’objectivité, la validité et la neutralité des informations. Inquiétudes également sur l’alliance de travail entre les collectivités régionales et l’Education Nationale. Inquiétudes encore sur l’effectivité de la liberté de choix dont il était craint qu’elle soit soumise à une vision adéquationiste.

Le voile est levé et nous sommes rassurés. La Région Centre Val de Loire s’engagera pleinement en mobilisant ses compétences, en développant ses coopérations et en nouant de nouveaux partenariats pour un Service Public de l’Orientation Régional augmenté, au service d’une orientation choisie.

Le défi est important.

Ce qu’il se joue, c’est l’opportunité d’une orientation plus interactive via les médias numériques mais aussi via des rencontres inspirantes. Le réseau Oxygène constitue, en la matière un excellent outil pour penser ces opportunités.

Mais c’est aussi de répondre aux questions de démocratie liées à l’orientation des publics.

L’évolution prévue du GIP Alfa Centre en agence régionale de l’orientation, de la formation et de l’emploi synthétise la volonté régionale de considérer l’orientation dans sa globalité.

Dans les savoirs faire du GIP, on trouve la professionnalisation des acteurs du réseau, conditions de réussite incontournables, dont un des principaux défis sera de former aux enjeux démocratiques de l’orientation.

D’après une enquête du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie en lien avec l’Institut National de la Jeunesse et de l’Education Populaire, dans son baromètre de la jeunesse 2018, les jeunes revendiquent la volonté d’être acteurs de leur vie professionnelle. Ils veulent maitriser leur parcours de vie, être pleinement acteur, participer, coconstruire les décisions qui les concernent. Ils s’inscrivent pleinement dans l’essor de pratiques plus horizontales, plus collaboratives et entrent en résonnance avec les initiatives visant à donner davantage de pouvoir d’agir aux citoyens.

L’enjeu ne relève pas uniquement de la compétence technique mais aussi de la capacité de résilience dans un monde du travail de plus en plus mouvant.

Aussi, il convient de favoriser l’émancipation des jeunes, qu’elle soit intellectuelle, culturelle ou sociale pour qu’ils puissent librement choisir leur voie, leur vie et être en capacité de s’adapter.

Il convient aussi de respecter la liberté de choix. En la matière la question des déterminismes sociaux, du genre, de l’orientation sexuelle et plus largement de toutes les différences sont essentiels pour encourager l’ouverture au monde, la confiance en soi et la capacité à coopérer avec les autres.

Coté professionnels, Il faut mettre l’accent sur le développement des compétences en maïeutique et en développement personnel des accompagnants pour faire émerger les aspirations, s’exprimer les singularités pour mieux accompagner les publics. Il parait aussi nécessaire de former aux conditions de réussite d’un parcours qui ne soient pas que professionnelles mais qu’ils correspondent aussi aux besoins sociaux des publics, qu’ils relèvent de l’accès aux droits ou aux soins ;

Qu’ils correspondent de même aux besoins d’accès à la culture et enfin correspondent aux besoins d’accès au logement.

A propos de l’accès au logement, au-delà du très pertinent e logement accessible par tous via le site Etoile, notre Région pourrait profiter des internats des lycées pour élargir l’offre par l’ouverture de places au niveau régional ?

Enfin, la Région devra nouer des partenariats pour une information accessible, de proximité, territorialisée et accompagnée pour ceux qui s’orientent mais aussi pour leur famille, par la création d’espaces de travail numériques collaboratifs : les Centres de Documentation et d’Informations des établissements, bien sûr, mais aussi les bibliothèques, les médiathèques, les espaces publics numériques, les Centre Sociaux Educatifs, les bureaux de poste, les cafés associatifs…

Les possibles sont ouverts, vous l’avez compris, même si beaucoup reste à tisser, à construire, notre région a déjà de beaux atouts. La Région prend ses responsabilités, c’est ce que porte cette communication.