Portrait Charles Fournier

Plan énergie-climat

Intervention de Charles Fournier.

Monsieur le Président, chers collègues vice-présidents et conseillers régionaux,

Comme l’a dit notre vice-président à l’énergie et au climat, la maison brûle. Il s’agit maintenant de ne plus regarder ailleurs, mais de faire évoluer radicalement nos modes de production et de consommation, et par conséquent nos politiques régionales.

Je ne reviendrai pas sur ce qui a été dit dans cette communication, sur l’isolation des bâtiments et sur le transport. J’aimerai plutôt mettre l’accent sur les autres politiques sectorielles de notre région que nous devons faire évoluer : l’économie, en particulier l’agriculture et l’industrie, l’aménagement du territoire, et enfin la coopération décentralisée.

L’élévation du niveau moyen des températures va perturber les climats et les écosystèmes, ce qui aura des conséquences catastrophiques sur les populations de notre région et du reste du monde. Il convient d’essayer d’atténuer au maximum le changement climatique, en réduisant le plus fortement possible les émissions de gaz à effet de serre.

Nous devons mettre en place les politiques régionales qui nous permettront de diviser par 4 nos émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050. Le changement sera difficile mais la tâche est exaltante, et relève d’une responsabilité politique essentielle : participer à faire émerger un modèle de société économiquement viable, socialement juste et adapté à nos ressources naturelles.

La raréfaction des réserves d’énergie fossile va se traduire par une augmentation du prix de l’énergie. Les réserves de pétrole, de gaz et de charbon se chiffrent en quelques dizaines d’années seulement. L’énergie atomique n’a pas plus de cinquante années de réserve d’uranium devant elle, et génère des déchets qui engagent nos sociétés pour des dizaines de milliers d’années. Ce n’est donc pas une solution acceptable pour remplacer les énergies fossiles. Restent les énergies renouvelables, qui ont un potentiel encore trop peu utilisé dans notre région, et qu’il convient de développer par des politiques réellement ambitieuses. Cependant, quelque soit leur développement, elles ne permettront pas non plus de remplacer les énergies fossiles à court ou moyen terme.

augmenter. Cette augmentation ne se fera sans doute pas de façon régulière, mais risque plutôt d’engendrerDans ce contexte, le prix de l’énergie va donc certainement continuer à des hausses brutales de prix, à l’image de celle que nous avons connue en 2008. Les secteurs économiques les plus consommateurs d’énergie vont être les premiers à souffrir de cela, et risquent de connaître des crises économiques, des licenciements. Les régions ont un rôle d’animateur du développement économique. Dans ce cadre il convient d’aider les acteurs de l’économie à anticiper ces évolutions : certains secteurs peuvent faire évoluer rapidement leurs process et devenir nettement moins dépendants de l’énergie. Pour d’autres, il convient d’engager des mutations plus importantes. L’évaluation
de la production de gaz à effet de serre entreprise dans le cadre du Plan Énergie Climat sera un bon outil pour préparer les évolutions futures.

L’agriculture est un secteur très énergivore : la production des engrais et les engins agricoles requièrent de l’énergie. C’est aussi un secteur fortement émetteur de gaz à effet de serre : les engrais chimiques produisent des oxydes d’azote qui ont un pouvoir effet de serre 310 fois supérieur au dioxyde de carbone. D’un autre côté, ce secteur est aussi fixateur de gaz à effet de serre, avec la végétation et le carbone fixé dans les sols. L’agriculture est donc à la fois un problème et une solution au réchauffement climatique. Certains types d’agriculture permettent de stocker du carbone, d’autres au contraire en émettent plus qu’ils n’en fixent. Les politiques régionales doivent promouvoir les modes de production agricole les plus intéressants pour lutter contre le changement climatique et aider les autres à évoluer. 

En matière d’industrie, la première approche en matière de développement durable consiste à soutenir les évolutions et les mutations de notre tissu industriel pour qu’il soit le plus adapté à la nouvelle donne énergétique. Nous devrions à la fois viser l’efficacité énergétique, et le développement d’industries d’énergies renouvelables. Les aides de la région au secteur industriel devraient évoluer pour intégrer ces enjeux.

L’aménagement du territoire est une autre politique régionale qui doit évoluer pour tenir compte de la raréfaction de l’énergie et des impératifs de la lutte contre le changement climatique. Nous devons promouvoir un urbanisme durable, qui limite les transports. Nous devons aussi aider les territoires à devenir plus autonomes sur le plan énergétique. Proposer aux territoires soucieux de leur avenir énergétique de développer de véritables plans d’autonomie énergétique, visant à la fois à réduire leur consommation et à développer la production d’énergie renouvelable à partir de leurs ressources locales serait une bonne façon de prolonger le plan énergie climat régional et de l’aider à se concrétiser. Ce type de plan devrait être intégré dans la politique de pays. La dynamique régionale doit intégrer les initiatives en cours dans la région et encourager les acteurs locaux dans la voie de l’élaboration de Plan climat énergie territoriaux. La coopération entre les territoires est incontournable pour réussir aussi le volet Plan Climat Énergie du territoire régional.

Enfin, le changement climatique aura un impact sur toute la planète, mais les prévisions des climatologues montrent que ce sont les pays les moins avancés qui en souffriront le plus et seront les plus impactés par l’augmentation du prix de l’énergie. Nous avons des accords de coopération avec trois d’entre eux : le
Laos, le Mali et la Mauritanie. Il me semble que notre politique de coopération devrait intégrer plus fortement ces questions.

La prise en compte des questions d’énergie et de climat doit nous conduire à faire évoluer fortement nos politiques régionales. Comme je le disais en début d’intervention, nous devons inventer un nouveau modèle de société, un nouveau modèle de développement, qui permettra à nos enfants et leurs descendants de continuer à bien vivre dans notre région.